Ultimate magazine theme for WordPress.

Assane Bocar Niane : « Le quatrième pouvoir entre les mains d’un dictateur »

0

L’affaire Imam NDAO constitue un cas d’école qui illustre un Etat voyou. Certaines presses sénégalaises et internationales y ont joué un très sale rôle qui leur était confié par de vrais comploteurs : il fallait atteindre à l’honneur de cet imam et médiatiser leur mensonge pour gagner l’opinion publique sénégalaise et montrer aux lobbies internationaux que ce pays est un bon élève dans la lutte contre le terrorisme afin de recevoir en retour des financements en ce sens.

Ce régime connait bien la superpuissance des médias et compte s’en servir pour camoufler les insuffisances de sa politique machiavélique et dissimuler les prouesses fulgurantes d’une opposition renaissante. Ce qui est naturel quand la plupart des journalistes sont des chasseurs de prime là où peu d’entre eux respectent la déontologie de ce noble métier.

En se servant de leur outil de travail, les journalistes détiennent un couteau à double tranchant. Tout le danger se trouve là : ils peuvent être courtisés par les pouvoirs publics. Dans un sens, ils savent promouvoir, impulser et orienter. A l’inverse, ils sont capables de pulvériser, évincer et vaincre l’ennemi, s’il le faut. Ils peuvent aussi bien provoquer de pires catastrophes que de proposer de réelles solutions. En parfaits hypocrites, ils ont le pouvoir de mettre en œuvre, à la fois, un problème et son dénouement. Tout homme d’Etat qui les minimise est condamné à une défaite sans équivoque. Mais ce régime en est bien conscient.

Toutefois, les journalistes qui respectent les obligations déontologiques de leur profession sont très souvent des protecteurs des faibles contre l’injustice des plus forts, car autrement, ils se placent au côté des tyrans pour sceller les alliances « maléfiques » que vous connaissez bien et qui n’arrangent nullement le peuple, ni les générations futures. En réalité, les médias représentent une puissance non négligeable. Ce qui signifie qu’ils constituent sans équivoque le quatrième pouvoir de l’Etat après l’exécutif, le législatif et le judiciaire. D’ailleurs, ils possèdent même des facultés supérieures aux pouvoirs constitutionnels.

Historiquement, des organes de presse ont été à la base de manipulations, de conspirations et de ruses qui ont détruit des gens et des systèmes au profit de personnes malveillantes. De même, ils ont été une arme redoutable pour déjouer des intrigues au nom de la bienveillance.

Vous rappelez-vous de la pression médiatique dans le scandale du Watergate qui a abouti à la démission du Président de la République des Etats Unis, Richard NIXON. En réalité, les médias ont toujours été une puissance manipulatrice, souvent, entre les mains de lobbies, pour orienter l’humanité toute entière.

Le cas d’Imam NDAO, déjà cité est un autre exemple patent. Hormis les mensonges proférés par les médias pour orienter l’opinion publique, voici les chefs d’accusation que notre fameux procureur retenait contre lui : association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, acte de terrorisme, apologie du terrorisme, financement du terrorisme et blanchiment de capitaux dans le cadre d’activités terroristes en bandes. Ceci lui a valu trois longues années de détention arbitraire, avant d’être blanchi.

Aujourd’hui, l’affaire des forces spéciales nous semble bien similaire. Les médias dramatisent et relatent la découverte de « 27 cocktails Molotov, 20 bouteilles contenant des produits chimiques nocifs, 59 bouteilles pour la fabrication de cocktail Molotov, 09 fusées fumigènes, 06 masques à gaz, 05 lunettes de protection oculaire, des masques de protection, des armes blanches, un révolver factice, des herses routières, des sacs contenant des morceaux de tissus pour la préparation de cocktails Molotov. »

En fait, les termes « cocktail Molotov » et « fumigène », peuvent impressionner, si on ne les connait pas. Mais les générations allant de celle du Président Moustapha NIASS aux années 80 n‘ignorent nullement le mot « cocktail Molotov ». Car ils savent comment le créer et comment l’utiliser. C’était une arme de riposte contre l’intervention des services de l’ordre lors des manifestations des élèves et étudiants. Quant à l’utilisation de fumigène, ça n’a jamais présenté un quelconque danger. Il est très souvent utilisé pendant les matchs de football et autres manifestations sportives.

Cependant une police et un parquet politiques sans scrupule utiliseraient les services des journalistes malveillants pour défendre leurs procès-verbaux obtenus sous contrainte et vilipender leurs détenus qui, dans certaines mesures, sont privés d’avocats et restés sans défense.

En réalité, la plupart des journalistes sont achetés et utilisés par des puissances machiavéliques, politiquement maléfiques et malveillantes pour asservir des peuples vulnérables et sans défense. Bien que les professionnels des médias quels qu’ils soient ont subi une formation de maître qui les place dans une position privilégiée vis-à-vis de tout autre métier.

Par rapport à cette formation, le journaliste baigne dans une trilogie de faire faire qui est collecte, analyse et diffusion. A ce niveau ces techniques d’analyse de l’information seraient très apparentées aux méthodes des détectives et espions enseignées à l’école de police. Il a tous ce qu’il lui faut pour établir la véracité d’un fait donné, comme il a toutes les facultés appropriées et très intelligentes pour le montage d’une série de mensonges cohérente.

Ce qui amène ce régime despotique à utiliser les médias dans la gestion de son action politique et policière : une méthode très efficace pour rendre imparable « sa politique de la carotte et du bâton ». Il est évident que la majeure partie de ceux qui rejoignent le parti au pouvoir ne le font que par intérêt et par peur de représailles. Par contre, ceux qui refusent et s’opposent farouchement sont souvent malmenés par la police et maltraités par les médias du régime.

Tout compte fait, ce rôle médiocre joué par certains médias dans ce scénario politico-judiciaire permet toujours à ceux qui gouvernent un Etat de dissimuler leurs insuffisances et leurs bêtises. Ce sont aussi les médias qui cautionnent leurs jeux de tromperie et au-delà de la présentation de faux bilan, ils caricaturent toute opposition forte. Aujourd’hui, ils se mobilisent au côté de la police et du parquet comme un avocat dans sa mission de défenseur. Nous avons lu des pages écrites sur l’autopsie commanditée par le Proc de Ziguinchor concernant cette victime du 17 juin. Sans les réseaux sociaux, personne ne serait au courant des résultats de la contre-expertise qui la déclare fausse. Ce qui représente pour le peuple sénégalais un réel contrepoids entre ses mains. Enfin, il est évident que les réseaux sociaux contrebalancent la superpuissance des médias. Et ne serait-il pas très préoccupant pour ce régime s’ils arrachaient des mains des médias le quatrième pouvoir de l’Etat ?

Assane Bocar NIANE

Nord Foire, Dakar

laissez un commentaire