Attention…Certains prix de médicaments vont augmenter au Sénégal…

Les sénégalais malades ou souffrant sont les premières victimes de la crise du covid19. Et naturellement, les officines de pharmacie n’échappent pas à la sinistrose ambiante. Pour compenser la baisse des ventes liée à la crise pandémique, un grand laboratoire pharmaceutique étranger a décidé d’augmenter les prix de ses produits jugés « efficaces » tels que Litacold, ibuprofen, Genforte, Gripex etc. Ces médicaments soignant le rhume, la toux, la douleur et la fièvre d’une manière générale, bien que jugés « non essentiels », vont cependant connaître une hausse tarifaire.

On nous souffle également qu’un autre laboratoire pharmaceutique a discrètement augmenté certains de ses médicaments anti-hémorroïdaires et multivitaminés en imposant de nouveaux prix. Par exemple, ce médicament vitamines & minéraux dont le prix passe de 2.189 cfa à 3.100 cfa. sans oublier d’autres remèdes vitaux qui ont subi un « braquage » tarifaire exagéré avec la complicité — ou l’impuissance — des autorités pharmaceutiques. En effet le gouvernement, par le biais de la direction de la Pharmacie et du Médicament, a finalement cédé à la pression de ce laboratoire pharmaceutique pour autoriser — en tout cas ne pas s’opposer — à la hausse des prix des médicaments fabriqués par ce labo. Et dès la semaine prochaine, les nouveau prix seront en vigueur.

Pour preuve, toutes les officines pharmaceutiques ont reçu une circulaire officielle de hausse contenant un tableau d’homologation des prix. selon un pharmacien qui s’est confié au « témoin », les produits concernés font partie des médicaments sans ordonnance les plus vendus au Sénégal. « si ces médicaments étaient prisés c’est sans doute parce qu’ils étaient efficaces mais surtout leurs prix étaient jusque là accessibles… » indique notre pharmacien tout en déplorant cette hausse survenant au pire moment, car en pleine pandémie, et se faisant au détriment des pauvres consommateurs.

Le lobby de l’industrie pharmaceutique…
En poussant ses investigations, « Le témoin » a appris que d’autres laboratoires pharmaceutiques concurrents envisagent, eux-aussi, de hausser les prix de certains de leurs produits. Et si l’Etat ne parvient pas à gérer les « caprices » des multinationales pharmaceutiques et à déjouer leur jeu dans une période aussi sensible que celle que traverse le monde actuellement, la hausse risque de se généraliser à l’ensemble des médicaments utilisés pour le traitement de maladies chroniques ou graves. avec comme prétexte, la crise post-covid19. Celle-là même qui a plus qu’appauvri nos compatriotes !

En tout cas, cette première salve d’augmentations montre sans ambages que le ministère de la santé est en passe de livrer les pauvres malades et autres consommateurs souffrants au lobby de l’industrie pharmaceutique pour qu’ils payent la note de la crise post-pandémique. Pire, dans un pays comme le nôtre où il n’existe pas de système de protection sociale, les « goorgorlous » doivent payer les médicaments de leur propre poche. sans bénéficier d’aucune subvention surtout s’agissant de produits dits non essentiels. il arrive même des fois que ce « goorgorlou », dans le cas d’une jeune collégienne, s’absente de l’école faute d’avoir de quoi acheter un antalgique pour calmer ses règles douloureuses. Juste pour montrer qu’à ce rythme, l’accès aux médicaments pour tous ce n’est pas pour demain ! Pendant ce temps, les puissants labos étrangers continuent de grossier à force d’engranger de scandaleux profits…

Le Témoin