Ultimate magazine theme for WordPress.

Avortement mortel : cette jeune fille meurt après une injection

Martine Nkodo Abenge, la jeune camerounaise tragiquement décédée après avoir reçu une injection
0

La mort de cette jeune fille fait l’actualité à Lastoursville, le chef-lieu du département de Mulundu. En effet, une jeune camerounaise du nom de Martine Nkodo Abenge âgée de 15 ans a trouvé la mort la semaine passée dans un troquet. C’est un drame tragique qui a secoué les proches et toutes les personnes qui connaissaient Nkodo Abenge.

Nkodo Abenge a trouvé la mort après avoir subi une injection qui devait expulser le fœtus. Cette injection a été faite par un infirmier auxiliaire.

Que s’est-il passé ?

Tout a commencé par une mésentente entre la jeune camerounaise de 15 ans et un de ses amis suite au mauvais état de l’adolescente marqué par un début de grossesse extrêmement difficile.  Cette dernière a sollicité les services de l’infirmier auxiliaire du nom de Didier Lambert Koula. La jeune fille aurait exposé à l’infirmier son désir de mettre fin à cette vie qui naissait en elle.

L’auxiliaire de santé qui avait auparavant servi au sein du Conseil départemental de Mulundu et Martine Nkodo Abenge se seraient alors donnés rendez-vous dans un troquet de Lastoursville.

La jeune fille est arrivée au troquet avec les produits qui lui ont été recommandés par l’infirmier auxiliaire, selon les témoins. L’injection aurait été faite dans les toilettes du bar. Malheureusement, les choses se seraient compliquées, vu que Martine Nkodo Abenge aurait trouvé la mort quelques instants après l’injection.

La dépouille de jeune camerounaise a été transférée à la morgue du Centre hospitalier régional (CHR) Paul-Moukambi de Koula-Moutou. Quant à l’infirmier, il est entre les mains de la justice. Il a été interpellé par les éléments de la brigade de gendarmerie, avant d’être déféré au parquet de Koula-Moutou.

Toutefois, aux dernières nouvelles, la communauté camerounaise est en train de se mobiliser, pour procéder au transfert du corps de la victime dans son pays d’origine. Pour l’instant, le seul obstacle à ce transfert est la Covid-19.

laissez un commentaire