Ultimate magazine theme for WordPress.

Babacar Ndiaye affiche ses ambitions pour le Conseil départemental de Linguère

0

Babacar Ndiaye dit Papis, agent du Trésor Public, affiche ses ambitions et toute sa détermination. Du mouvement de jeunesse socialiste à côté de feus Daouda SOW et Djibo Leïty KÂ, au mouvement pour la Renaissance du Djolof dirigé par Aly Ngouille Ndiaye et qui s’est finalement dissout dans l’APR, son parcours permet de croire qu’il a une maitrise certaine des rouages de la politique locale. Quid de l’adhésion des responsables du département à sa candidature ? « Sans fausse modestie, ma candidature est de loin meilleure que celles de mes camarades de coalition, très engagés du reste », affirme-t-il sans ambages.

La lutte contre la déperdition scolaire du fait des transhumances pastorales saisonnières et l’exode massif des jeunes linguérois vers les grandes villes constituent principalement ses priorités. Pour ce faire, M. Babacar Ndiaye mise sur la valorisation de l’atout que représentent les 8% du territoire national qu’occupe le département de Linguère. Celui-ci abrite 19 Collectivités Territoriales.

Spécialisé en gestion et planification budgétaires, il justifie, par ailleurs, sa candidature par la nécessité de consolider et de mettre en valeur les nombreuses réalisations du Président Macky Sall dans le département de Linguère. La rénovation du ranch de Dolly, la rénovation de la route Linguère-Touba, Le désenclavement des communes rurales par des pistes de productions (Linguére-Thièl-Cassane-Dolly-Thiargny-Dahra), la subvention des aliments de bétails et tant d’autres représentent, aux yeux de Babacar Ndiaye, des potentialités qui, sans une expertise locale avérée, ne profiteront que très peu aux habitants du Djolof.

À ses adversaires de l’opposition et à ses camarades de Benno Bokk Yaakar, M. Ndiaye prévient et en appelle à leurs jugements : « L’esprit républicain et démocratique doit dicter nos conduites et déterminer nos rapports, et ce, pour l’intérêt supérieur de la nation. Nous avons hérité ce pays dans des conditions de paix et de dialogue. Il nous revient, dès lors, de le préserver ».

Birame Ndiaye

 

 

 

laissez un commentaire