Bac 2020 : Assane Ndiaye explique les raisons de la hausse du taux de réussite

 L’année scolaire 2020 a connu des perturbations sans précédent inhérentes à la pandémie du coronavirus. En dépit de ces contraintes exogènes, l’école a su s’adapter  et redresser la barre. Les différents examens scolaires ont été tenus avec un dispositif organisationnel très efficace. Concernant l’examen du baccalauréat, l’office du bac a déployé la grosse artillerie, en termes de gestion rigoureuse du fichier des élèves, de sécurisation des épreuves, de mobilisation du personnel enseignant dans les différents jurys du pays, pour un déroulement normal des évaluations. Tous les efforts conjugués ont impacté positivement sur les résultats de cette année. De 37% en 2019, le score enregistré au bac 2020 dépasse la barre des 48%. A y voir de près, une kyrielle de facteurs pourraient expliquer ces performances remarquables.
1. L’appropriation des contenus déjà installés par les élèves durant la période de confinement.
    La réclusion forcée vécue par les potaches a été très bénéfique pour l’école sénégalaise, notamment les classes d’examen. En effet, la période de confinement a permis aux apprenants de digérer sans grandes difficultés tous les contenus qu’on leur avait inculqués en amont. Sans pression aucune, les élèves ont profité de ces longs moments de vacances pour réviser et consolider tous les acquis. La nature ayant horreur du vide, les potaches l’ont vite compris et transformé la situation en leur faveur. Ainsi, à la reprise, les acteurs craie en main ont constaté, au cours des premières séances de révision, que la machine était déjà bien huilée, ce qui venait contredire certains pessimistes, à la langue fourchue, qui avaient sonné le glas des potaches.
2. L’accompagnement médiatique pédagogique très varié.
   Les élèves n’ont pas été laissés à eux-mêmes durant cette période de claustration. Un dispositif d’encadrement médiatique multiforme a assuré le suivi des apprenants à la maison. Des cours ont été dispensés par les vaillants enseignants en ligne, sur les plateaux de télévision, à la radio, sur les réseaux sociaux… Le Ministère de l’Education n’a pas lésiné sur les moyens pour un bon encadrement des élèves à travers la chaîne scolaire Canal Education mais également des plateformes contenant d’innombrables supports pédagogiques. Les télévisions privées (TFM, ITV, Mourchid TV, RDV…), les radios communautaires (Salam FM, Ndiob FM et tant d’autres radios) n’ont pas été en reste dans cet élan de générosité citoyen. Les réseaux sociaux (Facebook, les groupes Watshapp…), la presse en ligne ont joué honorablement leur partition dans l’éveil et la formation des élèves.
3. L’organisation pédagogique très efficace.
   Les acteurs à la base ont toujours décrié le problème des effectifs pléthoriques dans les salles de classe. Comment peut-on réaliser de brillants résultats avec des effectifs de plus de 100 élèves entassés dans un espace sans ventilation, sans le minimum requis de confort ? Comment l’enseignant peut-il veiller sur tous ces potaches assoiffés de savoir ? Mission  difficile et périlleuse! Les enseignants ont toujours souffert dans leur peau et leur chair pour avoir évolué quotidiennement dans ces conditions draconiennes, je dirai plutôt, inhumaines ! Tout ceci pour dire que la pandémie a été pour l’école sénégalaise un mal nécessaire, en ce sens qu’elle a, au moins, permis de révéler au grand jour les tares et les insuffisances du système. L’érection de classes à effectifs réduits (groupe pédagogique de 20 élèves) a milité considérablement en faveur des bons résultats enregistrés. Les enseignants étaient plus à l’aise, les élèves plus autonomes et plus efficaces avec une relation pédagogique adossée sur une diversité de canaux d’échanges.
4. L’allègement des programmes, une aubaine pour tous les acteurs.
    L’allègement des programmes ne doit pas constituer une porte d’entrée pour jeter le discrédit sur les enseignants, ce corps d’élite qui s’est donné corps et âme pour sauver l’année scolaire. Certains détracteurs prétendent que les épreuves administrées ont été faciles, les enseignants trop cléments dans la correction. De telles allégations ne tiennent pas la route. En effet, évaluer des apprentissages, c’est évoquer tout simplement la problématique des objectifs pédagogiques, car, ce qui est évalué, c’est le niveau d’atteinte des objectifs pédagogiques formulés et installés en amont. Nous avons constaté que tous les objectifs évalués ont pris en compte les deux grands ensembles définis dans la taxonomie de Bloom à savoir les connaissances et les habilités et capacités intellectuelles. Il est intéressant de signaler également que l’évaluation certificative du bac ne vise pas seulement un niveau pédagogique mais tout le cycle, de la seconde à la terminale. Ce qui est élagué du programme est moindre comparé au reste. En ce qui concerne la correction des épreuves, l’office du bac a pris toutes les dispositions utiles pour minimiser tous les facteurs internes et externes susceptibles d’influencer la notation. Dans tous les jurys d’examen, les concertations, entre pairs, ont été menées, comme d’habitude, en vue d’harmoniser les positions pour une meilleure correction des épreuves. L’anonymat sur les copies a été respecté et des critères d’évaluation bien arrêtés.
Mais le débat se trouve ailleurs ! Faut-il continuer avec ces programmes démentiels, archaïques et parfois non adaptés aux besoins de l’heure ? Une refonte des contenus s’impose si le Sénégal ne veut pas rater le train de l’émergence.
Pour ce bac 2020, la réduction du programme a facilité la tâche aux enseignants qui avaient presqu’installé l’essentiel des contenus avant la pandémie. La quasi-totalité du temps de travail a été consacrée à l’effectuation d’exercices de renforcement et de consolidation pour permettre aux élèves d’avoir la main avant le jour fatidique.
5. Le sursaut patriotique, un acte de haute portée citoyenne.
   Debout comme un seul homme, les sénégalais, de tous bords, se sont ligués pour faire face à l’ennemi commun, la covid-19. L’assouplissement des mesures (Etat d’urgence, couvre-feu) a entraîné la réouverture des classes. Cette décision, salutaire et salvatrice, a motivé tous les acteurs (enseignants, élèves, Etat, parents d’élèves, élus locaux…) dont la synergie des forces et des actions a fait naître un regain d’espoir dans l’espace scolaire.
Les enseignants ont fait preuve de courage et de responsabilité pour avoir accepté d’aller au front dans des conditions extrêmement difficiles, défiant ainsi le virus mortel. Nonobstant la diabolisation, la stigmatisation et l’isolement qu’ils ont subis, les soldats de la craie ont fait vibrer leur fibre patriotique en saisissant le taureau de la pandémie par les cornes.
Mes hommages chers collègues !
Quand je revois en images
Ma vie de potache
Défilant, véloce, comme l’éclair,
Je marque souvent un temps d’arrêt
Pour m’incliner devant la mémoire
Des soldats de la craie.
Les enseignants, tout corps confondu,
Je vous rends un vibrant hommage.
De nuit comme de jour, vous bravez
Soleil et froid, pluie et vent
Pour le bien-être des apprenants.
Spleen et phobie rythment votre quotidien
Puisque vous êtes conscients de votre mission.
Oh, enseignants, quel métier sublime, vous avez !
Vous avez été mon rempart contre la scoliose,
La lordose,
 La cyphose.
Vous avez extirpé de mon esprit égocentrisme et syncrétisme.
De par votre magie, j’ai déchiffré les lettres de l’alphabet.
Vos leçons m’ont fait voyager à travers le monde entier.
Ainsi, j’ai découvert l’Himalaya et le Mont Sinaï.
Désormais, je connais Alexandre le Grand et Soundjata.
Même, le corps humain ne m’est plus étranger.
A l’instar des Egyptiens qui ont bâti les pyramides,
Je sais lire le grand livre de l’univers de façon rapide.
Enseignants, vous avez façonné l’âme de l’humanité !
Respect à vous, corps d’élite !
Les années passent, certes,
Mais, vos œuvres restent solides et éternelles.
A-t-on le droit de ternir ce legs substantiel ?
Doit-on laisser le flambeau se rétrécir ?
Non, perpétuer et renforcer vos nobles actions
Restent la seule récompense que l’on puisse vous offrir.
Cette même détermination se lisait sur le visage des apprenants, prêts à en découdre avec le virus au prix du sacrifice suprême. Confiants et très motivés, les élèves n’avaient qu’un seul objectif : décrocher le bac quel qu’en soit le prix.
L’Etat, après la reprise avortée des cours, se devait de relever le défi de sortir le système de la zone de turbulence dans laquelle il était plongé. Ainsi, depuis le niveau central, les autorités se sont mobilisées pour réussir le pari du redémarrage des cours. Le ministère de tutelle avait impliqué le commandement territorial dans la recherche de stratégies efficaces et efficientes pour l’atteinte de tous les objectifs fixés.
   La même ferveur était notée du côté des élus locaux et des parents d’élèves. Pour le respect des mesures barrières, la communauté (mairie, conseil départemental, parents, associations…) a mis la main à la poche pour doter les établissements scolaires de masques, de produits détergents, de thermos flash, de gels, de savons, de lavoirs …
En somme, cette union des cœurs et des esprits dans la différence autour d’un objectif commun a largement contribué au relèvement du taux de réussite au bac. Le Sénégal en est sorti grandi et revigoré.
En définitive, les quelques paramètres, ciblés et analysés, ayant favorisé le relèvement du score au bac 2020, sont loin d’être exhaustifs. Mais, après avoir savouré la victoire, des enseignements doivent être tirés de cette expérience inédite vécue. Les décideurs politiques ont du pain sur la planche. De profondes réformes sont attendues notamment dans la refonte et l’allègement des programmes, la réduction des effectifs pléthoriques, l’accompagnement numérique des écoles, la valorisation du statut de l’enseignant, entre autres. Les classes intermédiaires qui ont fait les frais des vacances prolongées méritent une attention particulière. Un dispositif de remédiation très efficace doit être élaboré par les acteurs héritiers de ces classes et mis en pratique avant toute nouvelle intervention pédagogique. Ensemble, nous pouvons relever avec brio le défi de l’excellel’excellence.
Assane NDIAYE, Professeur de Lettres Modernes au lycée Mbacké 2, Premier Lauréat du Grand Prix du Chef de l’Etat pour l’Enseignant.