BIGNONA : Alerte sur les Ponts de Baïla et Diouloulou

Depuis 2015, le Président de la République a annoncé la construction des ponts de Baïla et Diouloulou dans le département de Bignona dans son discours à la nation. Six ans après, le chef de l’année a fait la même annonce à travers le communiqué du conseil des ministres du 6 Janvier 2021.

Les années passent et se ressemblent, le danger est toujours là et les différents drames qui se produisent au niveau de ces ponts n’ont pas fait bouger les lignes malgré les nombreux cris de détresse des populations et des usagers de la Route nationale 5 (RN5) qui mène vers la Gambie via Séléty. Pire encore, la route se dégrade davantage et la coupe est presque pleine augmentant le risque de catastrophe.

Cependant, il y a un phénomène qui rend la situation plus difficile, il s’agit des gros porteurs qui quittent le port de Banjul chaque jour chargés de marchandises pour se rendre à Bissau en passant par cette route et donc par ces deux ponts qui semblent avoir dépassé leur durée de vie légale (plus de 50 ans pour celui de Diouloulou selon les témoins de l’histoire).

Si on y ajoute les camions frigorifiques qui vont chercher du poisson à Kafountine et qui passent aussi par-là, ça devient insupportable. Cela signifie que ces infrastructures sont non seulement rattrapées par l’âge mais elles ne répondent plus aux normes de transport des gros porteurs.

Le SNTP de Karamba Goudiaby en croisade contre la surcharge

ponts

Vu que l’État tarde à démarrer les travaux proprement dit et que les camions qui passent par cette route font dans la surcharge, le syndicat national des transports de proximité (SNTP) dirigé par El Ousseynou Karamba Goudiaby a décidé de jouer sa partition pour préserver les ponts, les routes mais surtout veiller à la sécurité des personnes et de leurs biens.

L’objectif est d’amener les transporteurs à se conformer à la réglementation en respectant le tonnage légal. Karamba Goudiaby et ses camarades sont décidés à faire respecter les mesures et de contraindre les contrevenants à passer par le pesage installé à Bignona et à s’acquitter des sanctions prévues en la matière. Ils ont constaté « beaucoup de fraudes » à ce niveau car beaucoup de gros porteurs arrivent à se faufiler sans passer par le point de contrôle des poids ce qui montre une faillite dans la surveillance ou des complicités de fraude.

Voilà pourquoi le SNTP s’est déployé à la frontière avec la Gambie pour sensibiliser les transporteurs mais aussi démarrer une opération de surveillance qui va durer le temps que cela nécessitera.

Les populations de Diouloulou et des localités situées sur cet axe apportent leur soutien au syndicat dirigé par Ousseynou Karamba Goudiaby.

Pour l’imam ratib de Diouloulou, ces actions entreprises par les chauffeurs auraient dues se faire depuis très longtemps. Il ajoutera que l’Etat doit presser le pas pour sécuriser la population. El Hadji Ousseynou Karamba Goudiaby n’en dira pas moins, pour lui, l’attente a été trop longue et dans une région comme la Casamance qui a connu plus de deux décennies de crise et où des retards sont notés dans tous les domaines, rien ne devait traîner.

Il faut signaler qu’à l’occasion de la conférence territoriale tenue il y a quelques jours, le gouverneur de la région de Ziguinchor a annoncé le début des travaux sur le terrain au niveau des ponts de Baila et Diouloulou respectivement en Mars et Juin prochain. Guedj Diouf a indiqué que le matériel pour faire ces ponts est en fabrication

L. Badiane Journaliste