Ultimate magazine theme for WordPress.

Centrafrique : Les responsables de l’UA, l’UE et des Nations Unies préoccupés par les attaques contre les civils

0

Le Commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité  de l’Union Africaine, l’Ambassadeur Bankole Adeoye ; le Secrétaire général  adjoint des Nations Unies aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix ; le  Commissaire aux Affaires politiques, paix et sécurité de la Commission de la  Communauté Economique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC), M. Mangaral  Banté ; et le Secrétaire Général adjoint en charge de la politique de sécurité et de  défense commune et de la réponse aux crises du Service européen pour l’action  extérieure de l’Union Européenne (UE), M. Charles Fries et la Directrice générale  Afrique de l’Union Européenne (UE), Mme Rita Laranjinha ont effectué une visite  conjointe en République centrafricaine (RCA) du 02 au 05 juin 2021. Cette visite  s’inscrit dans le cadre d’un dialogue régulier, soutenu et franc entre les organisations  partenaires et la RCA. Elle intervient à un moment crucial pour l’avenir de la RCA et pour la relance des processus de paix, de réconciliation, de stabilisation et la mise  en œuvre de réformes essentielles pour le pays. 

Les hauts responsables de l’Union africaine, des Nations Unies, de la CEEAC et de  l’Union européenne ont rappelé leur soutien à la RCA, mais ont également exprimé  leurs vives préoccupations et fortes attentes au cours d’échanges fructueux sur la  situation politique, sécuritaire, humanitaire et des droits de l’homme avec le  Président de la République, S.E.M. Faustin Archange Touadéra, le Président de  l’Assemblée nationale, les responsables de partis politiques et des organisations de  la société civile. 

Les hauts responsables de l’Union africaine, des Nations Unies, de la CEEAC et de  l’Union européenne ont salué la tenue des élections présidentielle et législatives, organisées avec le soutien des partenaires internationaux, qui ont permis de préserver  l’ordre constitutionnel et la stabilité institutionnelle malgré les défis et les menaces. 

La finalisation du processus électoral sera effective, avec notamment la tenue  d’élections locales crédibles et inclusives dans les meilleurs délais. Il incombe maintenant au Président réélu et à son prochain gouvernement de relancer le  processus politique et la mise en œuvre effective de l’APPR-RCA et mettre en œuvre  un agenda de réformes, permettant de relever les défis de la RCA et répondant aux  attentes de la population centrafricaine, dans les domaines de la paix et de la  réconciliation, de la gouvernance, la lutte contre a corruption, la justice, la réforme  du secteur de la sécurité, le développement économique et la création d’emplois pour  les jeunes, ainsi que le développement humain avec une attention aux femmes et aux  questions de genre. 

Les hauts responsables de l’Union africaine, des Nations Unies, de la CEEAC et de  l’Union européenne saluent les efforts visant à la redynamisation de la mise en œuvre  de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation en République centrafricaine,  en coordination étroite avec les garants et facilitateurs, et les partenaires régionaux  et internationaux. Ils demandent une application concrète des recommandations  adoptées à la suite de l’évaluation de sa mise en œuvre et une réforme de sa  gouvernance. Ils appellent également à la reprise d’un dialogue entre les parties, y  compris avec les groupes armés ayant renoncé à la violence ou disposés à revenir  dans le processus, dans le cadre des mécanismes dédiés de l’Accord de paix. Ils  condamnent fermement les violations graves de l’Accord de paix, et appellent les  autorités nationales à mener les enquêtes nécessaires afin de traduire devant la justice  les auteurs et commanditaires de tels crimes graves qui ne doivent nullement rester  impunis. Les organisations partenaires appellent aussi à une harmonisation et une  coordination de tous les efforts en cours par les partenaires de la RCA en soutien au processus de paix et de réconciliation dont l’Accord de paix reste le cadre fédérateur. 

Ils notent avec satisfaction la tenue récente de consultations nationales par le  Président Touadéra en prélude du dialogue républicain et l’association des  partenaires à ce processus. Ils appellent à la tenue d’un dialogue politique crédible  et inclusif avec toutes les forces vives de la Nation, y compris l’opposition politique,  la société civile et les femmes et les jeunes, afin de créer des conditions favorables 

à la démocratisation et réconciliation de la société centrafricaine. Ils insistent en  particulier sur les questions liées à l’Etat de droit, la justice, le respect des libertés  fondamentales, la bonne gouvernance et une gestion des ressources du pays qui  bénéficient aux populations.  

Les hauts responsables de l’Union africaine, des Nations Unies, de la CEEAC et de  l’Union européenne restent cependant vivement préoccupés par les menaces et 

attaques continues contre la population civile, les acteurs humanitaires et les casques  bleus des Nations Unies, ainsi que par les allégations de violations graves du droit  international humanitaire et du droit international des droits de l’homme,  prétendument commises par les parties au conflit et certains de leurs alliés. Les hauts  responsables des organisations partenaires demandent aux autorités nationales de  renforcer leurs efforts dans la lutte contre l’impunité, y compris à travers la Cour  pénale spéciale, ainsi que l’opérationnalisation de la Commission Vérité, Justice,  Réconciliation et Réparation.  

Les hauts responsables de l’Union africaine, des Nations Unies, de la CEEAC et de  l’Union européenne dénoncent avec force les campagnes de désinformation, les  discours de haine, et les attaques ciblées contre la MINUSCA et son leadership, ainsi  que les autres partenaires internationaux de la République centrafricaine. Ils  attendent des mesures fortes de la part des autorités pour mettre fin à ces actes, qui  entravent les efforts de paix et de stabilité des partenaires internationaux en soutien  à la RCA et appellent à restaurer durablement la confiance envers les partenaires.  Les hauts responsables saluent et prennent note de la déclaration publique de S.E.M.  Faustin Archange Touadéra condamnant les incitations à la haine en cours contre les  quatre organisations et appellent à la mise en œuvre concrète des mesures annoncées incluant des poursuites judiciaires contre les instigateurs. 

Les hauts responsables des Nations Unies, de l’Union africaine, de la CEEAC et de  l’Union européenne encouragent les autorités à renforcer un dialogue régulier avec  la région et l’importance de renforcer la coopération bilatérale et régionale entre la  République centrafricaine, et les pays et organisations de la région, y compris sur les  questions de sécurité transfrontalières et d’appui au processus de paix en RCA. Ils  déplorent les actes ayant engendré des tensions entre la RCA et le Tchad et appellent  les parties à régler leurs différends par un dialogue et une coopération renforcée. Ils  appellent également à la mise œuvre diligente des résultats de la commission  internationale d’enquête décidée par les deux pays aux fins de traduire les  responsables devant la justice.  

Les organisations partenaires relèvent l’urgence de faire bénéficier à la population  les dividendes de la paix, et encouragent ainsi les autorités nationales et les  partenaires au développement à investir dans des projets socioéconomiques  particulièrement dans les localités historiquement marginalisées.  

Les hauts responsables de l’Union africaine, des Nations Unies, de la CEEAC et de  l’Union européenne réitèrent l’engagement de leurs organisations respectives à  soutenir les efforts de consolidation de la paix et de la démocratie, ainsi que de 

promotion des droits de l’homme. Ils appellent l’ensemble des partenaires de la RCA  à la coordination et la transparence dans la mise en œuvre de leur soutien dans le  pays. Ils rappellent également que l’ensemble de la Communauté internationale doit  rester mobilisée et unie dans ce sens et continuer à apporter une réponse urgente et  appropriée aux besoins humanitaires pressants des populations centrafricaines et aux  efforts de développement durable.  

Fait à Bangui, le 05 Juin 2021 

Le Commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l’Union  africaine  

Ambassadeur Bankole Adeoye, 

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de paix  M. Jean-Pierre Lacroix 

Le Commissaire aux Affaires politiques, paix et sécurité de la Commission de  Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique Centrale  (CEEAC),),  

Mangaral Banté

Le Secrétaire Général adjoint en charge de la politique de sécurité et de défense  commune et de la réponse aux crises du Service européen pour l’action extérieure M. Charles Fries 

Laisser un commentaire