Ultimate magazine theme for WordPress.

Condamnation de René Capain Bassène…sa famille parle de verdict de la « honte »

Le journaliste René Capain Bassène condamné à perpétuité dans l'affaire de Boffa Bayotte
0

LE VERDICT DE LA HONTE

 

Nous famille du journaliste d’investigation René Bassène, à l’entame de ce communiqué, nous tenons à remercier tous ceux qui de près ou de loin nous ont soutenu et continu à nous soutenir et également tous ceux qui croient à l’innocence de notre frère malgré le verdict prononcé 

Nous sommes des citoyens sénégalais épris de justice. Par conséquent, nous voudrons rappeler l’opinion nationale et internationale de notre respect scrupuleux des lois et normes en vigueur du Sénégal, de notre respect à nos institutions et à toutes nos autorités administratives, judiciaires, militaires, politiques, religieuses et coutumières et également de notre appartenance à un Sénégal.

Nous tenons ici à marteler que notre frère n’a jamais était ni militant du MFDC ni membre d’une quelconque aile ou faction du MFDC contrairement à ce qui se dit dans une certaine presse manipulée.

Nous tenons à confirmer que notre frère René est un écrivain-journaliste d’investigation qui, depuis 2004 s’est investi pleinement sur la crise et a toujours tiré ses informations à la source directement auprès des hautes autorités tant du MFDC, de l’armée du Sénégal, de la Guinée Bissau que de la Gambie.

 Nous rappelons et défions quidam que tous ses écrits, ses sorties médiatiques (invités des plateaux, conférences, ateliers de la paix…) n’ont jamais été tendancieuses mais plutôt convergent vers la recherche de solutions durables pour une paix définitive en Casamance.

Nous rappelons que sa neutralité dans l’exercice de ses missions en qualité d’agent de l’Etat (ANRAC) et de journaliste n’a jamais souffert d’une partialité quelconque

Donc comment comprendre le paradoxe de ce verdict prononcé le lundi 13 juin 2022 par les juges de la chambre? Est-ce une incompétence de leur part ? Non. Est-ce un processus de liquidation d’un homme qui gêne ? La dernière interrogation semblerait être plus appropriée.

La chambre criminelle de Ziguinchor a rendu le verdict de la honte qui ne grandi pas la justice de notre pays. Un verdict incompréhensif par la condamnation à la réquisition criminelle à perpétuité de notre frère sans qu’une moindre preuve technique et matériel plosive ne soit présentée. C’est simplement un verdict teinté de non-dits plus cruels. 

Déjà dès l’enquête primaire à la gendarmerie jusqu’à l’instruction la machine de nuire a été mis en branle et les droits primaires de notre frère ont été bafoué consciemment. 

Cependant, malgré les brimades, les tortures (tympan oreille gauche perforé, problème de vision, audition dans le fond de 8h à 00h…), les chantages, les menaces et les deals tentés, notre frère n’a jamais courbé l’échine clamant toujours son innocence et mieux l’ouverture d’un procès. Il en a même fait plusieurs grèves de la faim pour réclamer un procès. Donc :

  • Comment pouvons-nous comprendre pour l’éclatement de la vérité sur ce drame, sa demande de contre-expertise de sa boite mail a été rejeté par la cours d’instruction jusqu’à la cours suprême ? 
  • Comment comprenons-nous le refus catégorique de faire venir un technicien de la Sonatel pour élucider l’opinion sur la fameuse géolocalisation de son téléphone le jour du meurtre lui soit refusé ? 
  • Comment comprenons-nous que des hautes autorités avec qui il a commencé à travailler sur un dossier pour l’ouverture de négociations (ancien Chef d’Etat-major des armées du Sénégal, Directeur de la RTS 4) lui soit refusé catégoriquement ?
  • Comment comprenons-nous pour une audition sur le fond du dossier qu’un juge d’instruction refuge catégoriquement de lui accorder une pause pour boire ou prendre son repas (audience de 8h à 00h) ? N’est-ce pas là de l’acharnement
  • Comment comprenons-nous qu’à la barre notre frère ait fait 96h d’audition ?
  • Comment pouvons-nous comprendre que les principaux accusateurs soient libérés avant le procès et à la barre ils se dédient et se livrent à un enfantillage sans égal? 
  • Comment comprenons-nous d’association de malfaiteurs, les associés soient libérés ? Et donc avec qui est-il en association de malfaiteurs étant donné qu’il n’est pas membre du MFDC ?
  • Comment pouvons-nous comprendre une semaine avant le verdict du 13 juin 2022, nous les membres de sa famille soyons convoqués pour nous demander de dissuader notre frère de surseoir à sa décision de suicide en cas de condamnation?

Chers population du Sénégal et du monde entier, à la lumière de tous les actes qui ont été posé depuis 4 ans nous voyons clairement une volonté manifeste de nuire à notre frère et de refuser que la vérité éclate, nous voyons que c’est une cabale montée pour réduire en silence un acteur de la paix

Chers population du Sénégal et du monde entier, malheureusement, nous avons assisté à des juges qui ont écouté et entendu mais qui ne peuvent pas comprendre. L’indépendance de la justice n’est rien d’autres que des hommes et des femmes forts, responsables, qui ne sont pas là pour plaire quidam mais qui se soucient de faire éclater la vérité en disant le droit, en se basant sur des faits et des preuves pour rendre justice au nom du peuple. Dommage que dans cette affaire des hommes faibles ont rendu le verdict de la honte basé sur un montage d’un tissu de mensonges, un faisceau d’incohérences.

Chers population du Sénégal et du monde entier, à qui profite la condamnation de notre frère si ce n’est que les lobbys et réseaux du trafic du bois de tek, du trafic du yamba et de l’anacarde ?

La famille 

laissez un commentaire