Coronavirus : Lass Badiane pour la réduction de l’endettement

Conséquences économiques CORONAVIRUS

La pandémie de coronavirus a entraîné de grosses dépenses que le gouvernement n’avait pas prévues. Cependant, MACKY SALL avait assuré qu’il mobiliserait les moyens financiers nécessaires pour traverser cette épidémie. À la fin de l’année 2020, le mouvement DIEUM KANAM décrypte les conséquences de ces dépenses.

« …nous ne pouvons pas laisser au coronavirus nos vies et notre santé, nous ne pouvons, non plus, lui laisser la vie et la santé de notre économie » avait dit MACKY SALL, en juin 2020, lors de l’allégement du couvre-feu, au sujet des moyens à mobiliser pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Après neuf mois d’épidémie de coronavirus au Sénégal, la facture est salée. Mais « la santé n’a pas de prix » avait expliqué le chef de l’État.

Ce sont donc près de 800 milliards Fcfa qui ont été dépensés pendant la crise. Cette somme comprend le fonds de soutien pour les ménages, ou encore plus de 900 milliards d’impôts qui ne sont rentrés dans les caisses de l’État à cause de la crise.

Le tout a été financé essentiellement par de la dette. À court terme, cela n’aura pas d’impact puisque nous empruntons aujourd’hui à des taux très bas, voir négatifs. À plus long terme, en revanche, si les taux remontent, ça peut être une véritable bombe à retardement.

C’est pourquoi, le président LASS BADIANE avait suggéré la mise en place d’un Haut Conseil chargé du Programme post-covid de Relance de l’Economie Nationale (PREN).

Sa mission : trouver un moyen de redresser les comptes publics après la crise.

C’est indispensable ! Le président de la République avait annoncé à Diamniadio que l’Etat cherchait 14.712 milliards de francs pour financer le plan de relance dont 4700 milliards attendus du secteur privé dans les trois ans à venir.

Ce sont des réflexions qui s’anticipent, aujourd’hui nous dépensons beaucoup d’argent mais cet endettement devra être réduit. Pour cela, il faut qu’il y ait une vraie réflexion, dès maintenant, pour anticiper les différents leviers de réduction de l’endettement pour demain.

Cette réflexion sera extrêmement utile à l’heure où on lutte pour l’annulation de la dette.

Le gouvernement assure qu’il n’aura pas recours au levier de la hausse d’impôt, ni de taxes. Mais cette promesse sera-t-elle facile à tenir dans le temps ? En attendant, produisez plus et dépensez moins.

Travaillez plus et parlez moins !

Ce sont les entreprises qui créent de la valeur ajoutée, et le président de la République devrait tout faire pour qu’elles y parviennent avec une forte industrialisation.

LASS BADIANE PRÉSIDENT MOUVEMENT DIEUM KANAM / RESPONSABLE APR GRAND YOFF/ SECRÉTAIRE ÉLU BBY COMMUNE GRAND YOFF

laissez un commentaire