Coronavirus : les serpents pourraient être à l’origine de l’épidémie

Quelle est la source de l’épidémie causée par le coronavirus 2019-nCoV ? Des chercheurs chinois pensent que les serpents pourraient en être à l’origine. Une hypothèse qui partage la communauté scientifique.

Le nouveau coronavirus 2019-nCoV venu de Chine et à l’origine d’une épidémie a déjà causé 17 décès. Ce mystérieux virus s’est désormais propagé au-delà des frontières du pays, et touche la Thaïlande, le Japon, la Corée du Sud, mais aussi les Etats-Unis : un cas a été identifié à Seattle.

Au total, 500 cas d’infections ont été confirmés et des mesures de précautions ont été pris dans de nombreux pays, même si l’OMS a annoncé qu’il était encore trop tôt pour déclarer une urgence internationale.

La source de ce coronavirus serait animale : son foyer a été identifié comme étant le Huanan South China Seafood Market, un marché situé dans la ville de Wuhan, en Chine, dans lequel des animaux vivants sont vendus.

Des chercheurs se sont donc penchés sur la question, afin d’identifier l’animal en question. Une étude menée par l’université de médecine de Pékin et publiée dans le Journal of Medical Virology, livre une piste : les serpents – probablement des Bongares rayés ou des Cobras chinois – seraient à l’origine du 2019-nCoV.

Coronavirus : la communauté scientifique partagée sur la thèse des serpents

Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques ont analysé la séquence génétique du virus, avant de la comparer aux séquences génétiques de plus de 200 autres coronavirus du monde entier qui infectent différents animaux. D’après leurs résultats, le 2019-nCoV serait un mélange de deux coronavirus : l’un connu pour infecter les chauves-souris et l’autre d’origine inconnue.

Des conclusions plausibles, selon les auteurs de l’étude, puisque des serpents étaient vendus sur le marché de Wuhan. Problème : la communauté scientifique n’approuve pas ces résultats. « Ils n’ont aucune preuve que les serpents peuvent être infectés par ce nouveau coronavirus et lui servir d’hôte », explique ainsi Paulo Eduardo Brandão, virologue à l’université de São Paulo (Brésil), à Nature.

D’autres études seraient en cours pour tenter d’identifier l’animal à l’origine de l’épidémie, et ainsi de confirmer ou d’infirmer la thèse avancée par les chercheurs de l’université de médecine de Pékin.