Côte D’Ivoire : Plus de 3.200 ivoiriens ont fui leur pays pour…

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, est inquiète de la situation en Côte d’Ivoire. D’après son porte-parole, Boris Cheshikov, les troubles ont provoqué la fuite de plusieurs milliers de personnes en tant que réfugiés vers les pays voisins, « par crainte de violences ». Pour la plupart, il s’agit de femmes et d’enfants qui sont arrivés au Libéria, au Ghana et au Togo, depuis l’Ouest et le Sud-ouest de la Côte d’Ivoire.

Plus de 3 200 Ivoiriens se sont réfugiés dans les pays voisins. « Ces nouveaux arrivants sont parfois des réfugiés qui avaient été rapatriés récemment et qui ont été forcés de fuir à nouveau », a souligné Cheshikov. Nombreux sont ceux qui disent craindre d’être pris au piège par la montée de la violence. D’autant plus que de violents affrontements ont éclaté après l’élection présidentielle ivoirienne du 31 octobre, faisant au moins une douzaine de morts et de nombreux blessés, selon les dernières informations rapportées par la presse.

Pour la seule journée de mardi, 3 novembre 2020, mille personnes ont traversé la frontière commune avec le voisin anglophone de l’Ouest. Quelques 600 autres réfugiés ivoiriens sont également arrivés au Ghana, à l’Est. Plus de la moitié sont originaires de Niable, une ville ivoirienne située à moins de 5 km de la frontière ghanéenne. Ils vivent actuellement dans le camp de réfugiés d’Ampain, situé à près de 60 km de la frontière. Ils comptent rebrousser chemin dès que la situation reviendra à la normale. D’ailleurs, confie le porte-parole du HCR : « le lundi, 2 novembre, 289 Ivoiriens ont choisi de retourner à Niable après avoir appris par leur famille que le calme était revenu ».

Par contre, des craintes de voir le scénario de 2010 après la crise-pos-électorale se répéter persistent. A la fin de novembre 2010, des violences post-électorales avaient éclaté en Côte d’Ivoire, coûtant la vie à plus de 3 000 Ivoiriens, et forçant plus de 300 000 à fuir vers 13 pays d’Afrique de l’Ouest, et en avait déplacé plus d’un million à l’intérieur du pays », a rappelé Cheshikov, repris par Emedia.