Dagana dans une situation désastreuse…la municipalité indexée !

La misère, c’est non seulement un état d’extrême pauvreté, mais également et surtout la faiblesse et l’impuissance de l’homme, le néant dans sa condition.
Cette situation, si nous ne réagissons pas, tend inexorablement à se perpétuer car elle engendre, chez nous, l’attitude d’ajustement à l’inévitable. Cette attitude est l’une des constante les plus profonde, à savoir le refus de lutter contre l’impossible, la tendance  à préférer la résignation à l’espérance frustrée.
Il urge de réagir face à la situation désastreuse dans laquelle la ville de DAGANA, la capitale du Walo, est plongée.
Avec le tout puissant parti démocratique sénégalais (PDS), avec vingt-six ans (26) de règne sans partage, dont douze ans (12) au pouvoir, ils n’ont su trouver la bonne formule. Alors, comment comptent ils améliorer les choses avec le fameux PLD qui, à mon avis, sera plutôt une association de consommateurs.
Cependant, sous aucun prétexte, nous n’accepterons d’être distraits par ces douces illusions au moment ou les exemples d’un manque de vision et de volonté politique sont légions à l’intérieur de nos murs, l’inertie totale.
Constatons !
D’abord, les déchets solides urbains sont source désagréments à  Dagana. Les populations s’installent sans avoir la possibilité d’accéder aux services urbains. C’est notamment le cas de nombreux quartiers spontanés et précaires où le manque de service de base tel que l’assainissement est une problématique très complexe lié à  l’environnement. Le constat met en exergue l’ampleur de la vulnérabilité socio-économique et environnementale. Avec le manque de services de base, la persistance de manque  politique d’assainissement de la part de l’autorité municipale risque d’accroître les problèmes environnementaux et sanitaires. La menace appelle alors à une prise de conscience collective et à un changement prochain de l’équipe municipale.
Puis, la Commune de DAGANA  dépossédée de ses terres par des administrateurs véreux avides d’argent. Par la faute de notre équipe municipale, DAGANA, la capitale du Walo est en effervescence. La population meurtrie par le morcellement de toutes ses terres ne peut que demander le départ des prédateurs de l’équipe municipale dont le penchant est de brader des parcelles dans une impunité totale. « Ils n’arrêteront pas, mais seront arrêtés.. »
Ensuite, face aux inondations, une équipe municipale doit être la première à devoir agir pour protéger la population et les biens. Elle a la responsabilité d’alerter, d’informer la population. Les maires sont l’autorité de police municipale. Les maires doivent prendre des mesures pour protéger la population, tant qu’ils ont les moyens d’y faire face et tant que l’événement ne dépasse pas les limites communales. Une charge très importante, certes, mais qu’ils peuvent diminuer par une bonne préparation. Chez nous, à Dagana, la mairie est devenue  le centre des inondations. (Photos jointes)
Malgré le fait qu’ils quitteront, par tous les moyens, ces responsables nous légueront une ville presque nue et désarticulée. Une ville sans liens, dépourvue de certitudes, gagnée de plus en plus par des déterminismes qui procurent certes une paix intérieure par l’acceptation de la Puissance divine, mais qui exposent à toutes les duperies dans une population où « intérêt collectif » est devenu un gros mot et où n’importe quelle flamme peut se transformer en brasier.
La nudité de la ville, les pratiques mafieuses qu’on ne combat que par des condamnations verbales, l’aplomb chargé de suffisance et de mépris de ces responsables, tout est destructeur.
Aucun Daganois n’ignore l’état réel de notre chère ville. Une ville qui a besoin d’autorité certes, mais d’une autorité saine, imposant par l’exemplarité d’une vison réelle et claire.
Sinon « l’émergence », perspective déjà très hypothétique, ne sera qu’une chimère. Et la continuité du tragique demeurera la règle.
LA PENSÉE JUSTE, LA PAROLE VRAIE, L’ACTE SENSÉ !