Déclaration de patrimoine : Des ministres « ambitieux » doivent surveiller leurs arrières

Le Président de la République Macky Sall vient de fixer un ultimatum à ses ministres. Ces derniers ont 45 jours pour faire leur déclaration de patrimoine à l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC). Depuis plus d’un an, ces ministres sont dans l’illégalité et devaient se soumettre à l’obligation de déclarer leurs patrimoines, une fois nommés.

Pourtant la Présidente de l’OFNAC, Mme Seynabou Diakhaté ne cessait depuis lors de déplorer cette irrégularité. Le quotidien L’As rappelle : « Lors d’un atelier d’échanges et de sensibilisation sur la question, le 30 juillet 2019, elle avait déploré des réticences avant de confier que leur base de données a recensé plus de 1000 personnes assujetties à la déclaration de patrimoine. Et que l’Ofnac n’avait reçu jusqu’ici que 680 déclarations, soit un peu plus de 50% ». C’est dire.

Pourquoi, le Président de la République Macky Sall a attendu à ce jour pour taper du poing sur la table et fixer un ultimatum à ses ministres. Beaucoup ont vite fait de faire un rapprochement entre cette injonction faite au ministre et la réception par le Chef de l’Etat des rapports de 2016 à 2019 de l’Inspection générale d’Etat (IGE).

Beaucoup de ministres risquent de passer à la trappe, après cet exercice auxquels, ils sont soumis de déclaration de leurs patrimoines qui risque de se transformer en une machine pour couper des têtes au sein de l’Alliance pour la République. Surtout, ces ministres dont on dit qu’ils lorgnent le fauteuil du Président de la République, et ont des ambitions en 2024.

La déclaration de patrimoine pourrait être un prétexte pour se défaire de certains d’entre eux, et les conduire directement dans les chemins qui mènent à la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI). Ils pourront toujours dire au revoir à 2024.

La rédaction de Xibaaru