Dette africaine : Macky Sall pour la prolongation du moratoire

Après avoir lancé un appel à l’annulation de la dette publique et au rééchelonnement de la dette privée de l’Afrique en mars, Macky Sall a milité, jeudi, pour la prolongation en 2021 du moratoire de la dette africaine par le G20, lors de son discours à l’université d’été du Medef, un syndicat du patronat français.

« Ce moratoire doit être révisé pour nous permettre réellement de bénéficier de ces reports de remboursement », a déclaré le chef de l’État devant l’université d’été du Medef, dont il est l’invité d’honneur de la 21ème édition. « L’Union Africaine souhaite travailler avec ses partenaires pour une extension du moratoire du G20 sur l’année 2021 », a-t-il ajouté.
À titre d’exemple, le Président a rappelé que le taux de croissance de son pays, projeté initialement à 6,8%, attendrait au mieux 1,1% en 2020, plaidant pour une aide qui permette à l’Afrique « de disposer d’espaces budgétaires entièrement consacrés à la riposte sanitaire, à la résilience économique et sociale et surtout à la sauvegarde de l’emploi ».

Macky Sall s’est entretenu, mercredi, avec le président Emmanuel Macron. Il a relevé l’abondance des plans de sauvetage financiers déclenchés au sein de l’Union européenne. « La sacro-sainte règle de discipline budgétaire, selon laquelle les déficits annuels ne doivent pas excéder 3% du PIB, est aujourd’hui écartée pour faire face à la crise partout dans le monde », a-t-il fait valoir.

« C’est avec le même esprit qu’il convient de considérer la question de l’allègement du fardeau de la dette pour accompagner l’Afrique dans ses efforts », a-t-il ajouté, affirmant qu’ « avec un montant de 365 milliards de dollars, la dette africaine ne représente que 2% du volume de la dette mondiale ».