Diaraf Sow cogne sur Ahmed Aidara et ses « garouwalés de presse »

AHMED AÏDARA ET SES « GAROUWALÉS » DE PRESSE QUI DEVRAIENT ÊTRE SANCTIONNÉS DEPUIS LONGTEMPS
Nous n’avons rien contre Ahmed Aïdara mais il faut reconnaître que ses méthodes ne sont ni honnêtes ni élégantes et ne répondent à aucune déontologie de la fonction d’un journaliste, s’il se considère comme tel.
Le CNRA devait sévir depuis longtemps contre ses « revues de presse » qui sont en réalité des « ndakhoum ganar wakhalé sa sokhla » au quotidien: non, ce n’est pas honnête !
Les règlements de comptes politiques ne doivent pas se faire par le biais des revues de presse détournées de leurs objectifs professionnels.
Le terrain du journaliste n’est pas celui du politicien. Il ne faut pas faire d’amalgames et il ne doit pas y avoir d’amalgames.
L’impartialité et la neutralité du journaliste doivent être évidentes dans sa manière de traiter et de livrer l’information au public.
Un ami qui est un grand journaliste toubab m’avait dit qu’un vrai journaliste doit être toujours neutre impartial et ferme dans sa manière de livrer l’information et cela durant toute sa carrière professionnelle.
Un bon journaliste donnant l’information du décès de ses propres parents ne devrait montrer aucun signe de partialité ou de tristesse qui trahissent la moindre faille de sa partialité.
Malheureusement, le journalisme tend de jour en jour à mourir de sa belle mort au Sénégal.
On rencontre plus de comédiens que de journalistes et plus de politiciens encagoulés que de vrais journalistes qui maîtrisent la profession et respectent les règles de déontologie relatives à la profession du journaliste.
L’amateurisme et le tâtonnement ravivent la vedette au professionnalisme. Les journalistes de métier sont obligés de quitter leurs terrains et rejoindre ceux des journaleux et journalistes de circonstance pour garder leurs renommées.
Les règles apprises au CESTI sont souvent bafouées et piétinées. Rares sont ceux qui les respectent. Résultats : le journalisme au Sénégal est devenu un « nguété toubab » avec un « seumbeukhlo » inimaginable. Les tassoukats, les mbadkats, les mbalakhmans, les comédiens et même les danseurs, danseuses;et grandes gueules sont entrés par force dans le lambi golo de cette monstre que l’on ose appeler « presse ».
Certains d’entre-eux diffament, calomnient, détruisent des vies, des carrières, des familles et personne selon eux ne doit porter plainte sous prétexte d’une certaine liberté pourtant accordée à la vrai presse professionnelle.
Ahmed Aïdara fait malheureusement partie de ces journaleux de circonstance qui ne doivent leurs renommées et leurs richesses inexpliquées et sans cause qu’à l’arme non conventionnelle et illégale du « soss » et du « yakh derr » ou de l’éloge à une personne selon les intérêts et selon la personne visée dans les « revues de presse » et autres émissions qui ne respectent aucune règle.
Malheureusement au Sénégal tout est mélangé au grand malheur des intellectuels et hommes de savoir honnêtes et compétents.
La Mairie de Guédiawaye ne sera jamais à la disposition d’un cancre !
Thiouth dey kham lekam !
Maître Diaraf Sow Sg national parti ADAE/J