Ultimate magazine theme for WordPress.

Dix mesures clés en faveur de la jeunesse sénégalaise

Des jeunes sénégalais au chômage
0

Les récentes manifestations nées d’une crise politico-sociale au Sénégal (nd. mars 2021) ont provoqué de forts questionnements quant à la stabilité de la vie économique et sociale sénégalaise. Jadis très souvent vanté par sa capacité à mettre en avant la paix sociale et, parfois, le compromis, le Sénégal a été le théâtre de scènes de violence ayant entrainé, en un temps record, une dizaine de victimes en vies humaines. La grande particularité de ces événements est qu’ils impliquent la frange la plus sensible et par ailleurs la plus importante en proportion de la population, les jeunes. Ils ont été au front pour mener la résistance face aux forces de l’ordre et communier avec elles dans certaines situations. Ils ont aussi été en avant pour attaquer les symboles étrangers bien installés dans le pays. 

Dans son discours d’apaisement du 8 mars, le Président de la République, a reconnu avoir compris le malaise qui frappe la jeunesse sénégalaise. A cet effet, il a promis et instruit de mettre en œuvre les mesures idoines afin de mieux prendre en compte les préoccupations de la jeunesse.

Dans cette perspectives, une assise nationale sur les questions de jeunesses (premier Conseil national pour l’Insertion et l’emploi des jeunes) serait prévue dans les jours à venir et, en attendant, des directives ont été données par le Chef de l’Etat dans le sens de bien préparer cette rencontre. Il s’agit entre autres d’évaluer certains aspects de la politique de jeunesse, d’adopter une démarche d’écoute et de proximité, de prendre en charge efficacement la question de l’emploi des jeunes et celle de leur formation.

Fort de ces considérations, il nous a semblé important, eu égard à nos qualités de jeunes économistes, de proposer des solutions concrètes et efficientes pour la prise en charge des jeunes et leur participation à l’animation de la vie économique, politique, sociale, sportive et culturelle du pays. En effet, au-delà de la question de l’emploi les problèmes de la jeunesse sont plus que complexes et diversifiés. Ainsi, de façon pratique, des initiatives allant dans le sens de solidifier les bases d’une jeunesse, responsable, consciente et prête à prendre le relais des anciens sont incontournables. Dès lors, en complément aux autres réflexions actuelles et futures, il faudra :

Sur le plan politique :

  1. Meilleure responsabilisation des jeunes : en effet, la jeunesse est faiblement représentée dans les sphères de prise de décisions d’où la nécessité d’une responsabilisation à tous les niveaux sur la base du mérite et de la capacité à faire avancer les affaires. Il serait ainsi important de retrouver dans l’attelage gouvernemental plus de jeunes diplômés et de nommer ces jeunes à des positions de Directeurs généraux, Présidents de Conseils d’Administration, … Cette mesure présente comme avantage de montrer à tous les jeunes du pays l’importance d’exceller d’abord dans les études mais aussi dans ses activités professionnelles. De plus, il serait bien de mieux impliquer les jeunes au niveau local, dans le processus de l’adoption et de l’exécution du budget au niveau des collectivités locales. Les jeunes mobilisés notamment autour d’associations et mouvements peuvent parfaitement servir de tremplin pour concrétiser l’idée de « budget citoyen ».
  2. Gouvernance axée sur la jeunesse : il s’agira dans toutes les politiques de l’Etat, de prendre en compte de façon complète, les implications sur la jeunesse actuelle et future. Parallèlement, dans le cadre de la promotion du volontariat et de l’éducation à la citoyenneté, les jeunes constituent une cible de premier plan et peuvent servir de passerelle pour une sensibilisation de masse dans ce sens. Si elle est impliquée de manière équitable et sans discrimination aucune, la jeunesse peut jouer un rôle prépondérant dans la lutte contre l’insalubrité, la dégradation de l’environnement, l’incivisme… Par exemple, dans le cadre du programme de reboisement et de création d’espaces verts, une masse critique de jeunes pourrait être enrôlée pendant les grandes vacances en collaboration avec le service civique national.

Sur le plan économique :

  1. Programme de recrutement de masse en faveur des jeunes diplômés (en priorité) et non diplômés. Ces jeunes pourraient ainsi être affectés en appui aux initiatives étatiques et au secteur privé. En guise d’illustration, un milliard de F CFA pourrait permettre de recruter mille jeunes en stage de 12 mois pour une rémunération de 80.000 F CFA environ.
  2. Entrepreneuriat des jeunes sénégalais orienté vers le secteur agricole intensif (agrobusiness), l’artisanat et la petite industrie (recyclage de déchets, agroalimentaire, …). Il sera aussi attendu de prioriser, en cas de commandes publiques, ces entreprises de jeunes.
  3. Meilleure facilitation des échanges sous-régionaux, régionaux et africains afin de « détourner » la destination des candidats à l’émigration et endiguer durablement le phénomène de la migration irrégulière. A ce titre, il devient encore plus urgent de veiller à l’application des engagements pris au niveau régional, en particulier en ce qui concerne le protocole sur la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux (UEMOA, CEDEAO). Dans la même logique, il convient de mieux communiquer sur l’importance accordée à la jeunesse dans le cadre de la ZLECAf entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2021 et de leur en faire profiter, autant que possible.

Sur le plan social :

  1. Encourager la participation effective des jeunes dans le mouvement associatif communautaire afin de lui inculquer, par exemple, l’importance de la participation au développement communautaire
  2. Faire en sorte que le Conseil National de la Jeunesse (CNJ) soit plus représentatif et profitable à la majorité des jeunes sénégalais. 

Sur le plan sportif et culturel :

  1. Encourager les activités sportives et culturelles incitant à un retour aux valeurs ancestrales. Ce sera alors l’occasion de mieux communiquer sur la citoyenneté, le courage, l’entrepreneuriat, le brassage intra et inter culturel, le cousinage à plaisanterie (« kal »), son importance et sa place dans la pérennisation de la cohésion sociale, … à travers des activités culturelles innovantes, non folkloriques et attirantes.
  2. Expérimenter le couplage études et sports au niveau de toutes les disciplines
  3. Repenser les activités de vacances afin qu’elles soient plus cohérentes avec une jeunesse consciente de sa contribution potentielle à l’émergence du pays. L’exemple de la commune de Koul (département de Tivaouane) qui a eu à initier une initiative dénommée « une ASC un champ » est à multiplier, améliorer au besoin et institutionnaliser. Voir aussi la contribution d’un des auteurs, parue dans le journal « le Soleil » du 04 septembre 2020 sur les activités de vacances.

Certaines de ces mesures dites fortes se complétant, il faudra alors une bonne coordination aussi bien dans la phase de planification (qui devra être minutieuse et complète) que pendant les phases de mise en œuvre (exécution, suivi-évaluation, contrôle) et d’évaluation. 

Au demeurant, il importe de noter que la vie de la Nation doit être toujours axée sur la prise en charge de sa population. Ayant une population majoritairement composée de jeunes, il urge alors de les impliquer et de les encadrer afin qu’ils puissent un jour, à leur tour, et de génération à génération, en faire autant pour leur cadets, fils, et petits-fils…

  • DIALLO Mahady, Doctorant en sciences économiques au LARES/UFR SEG/UGB
  • GUEYE Mouhammad Al Amine, Consultant, ingénieur en planification économique, Docteur en sciences économiques, chercheur au LAREM/FASEG/UCAD
  • SEYE Seydina Omar, Economiste – Consultant, Docteur en sciences économiques, chercheur au LAREM/FASEG/UCAD
laissez un commentaire