Elections en RCA…L’Onusien Mankeur Ndiaye inquiet

L’émissaire de l’ONU pour la Centrafrique, le Sénégalais Mankeur Ndiaye, s’est inquiété vendredi devant le Conseil de sécurité des Nations unies d’un manque de ressources pour l’organisation dans les délais des élections présidentielle et législatives prévues fin 2020.

Le budget total pour les scrutins est estimé à 41,8 millions de dollars.

Malgré des « pas encourageants », comme le décaissement par le gouvernement de 2 millions de dollars qui s’ajouteront à 17 millions de dollars promis par l’Union européenne et à 2 millions de dollars fournis par l’ONU, « la tenue des élections aux dates prévues reste menacée par l’insuffisance des ressources techniques, financières et humaines », a signalé Mankeur Ndiaye.

A cela s’ajoutent « l’absence d’un mandat logistique approprié de la (force de l’ONU) Minusca », forte d’environ 12.000 militaires, et « la persistance de l’insécurité » qui « suscitent des appréhensions au sein d’une partie de la classe politique centrafricaine », a ajouté l’émissaire de l’ONU.

Le mandat de la Minusca doit être renouvelé en décembre et devrait intégrer un soutien aux élections centrafricaines.

Mankeur Ndiaye a appelé à une mobilisation de la communauté internationale pour que les élections « se déroulent selon le calendrier prévu, de manière libre, inclusive et équitable sur l’ensemble du territoire ».

Le calendrier électoral prévoit un enregistrement des électeurs à partir de janvier 2020, un premier tour des élections présidentielle et législatives en décembre 2020, et un second tour, si nécessaire, en février 2021.

Des élections locales, jamais organisées depuis 1988, sont pour leur part programmées pour novembre 2021.

Commissaire à la paix et à la Sécurité de l’Union africaine, Smail Chergui a souligné pour sa part qu’il « n’y avait pas d’alternative aux élections générales de 2020-2021 ». « Tout sera mis en oeuvre pour la tenue à bonne date de ces élections », a-t-il assuré.

Coordinateur du dossier centrafricain au Conseil de sécurité, la France a jugé que les progrès accomplis dans le pays depuis l’accord de paix de février dernier étaient « encourageants ».

« Il y a des avancées, notamment dans le domaine du désarmement, de la démobilisation et de la réintégration », a précisé devant les médias l’ambassadeur français à l’ONU, Nicolas de Rivière.

Interrogé sur de nouvelles exceptions à l’embargo sur les armes, le diplomate a expliqué que « la décision adoptée en septembre », quand l’ONU avait assoupli l’embargo pour autoriser à nouveau la livraison d’armes d’un calibre inférieur ou égal à 14,5 mm aux forces centrafricaines, était « mise en œuvre ».