Ultimate magazine theme for WordPress.

Elections locales…La guerre a déjà commencé pour la mairie de Mbao

Abdou Karim Sall (à gauche) convoite le siège du maire de Mbao, Abdoulaye Pouye (à droite) aux locales de 2021
1

Élections Locales : « Guerre froide » pour la mairie de Mbao

Les élections locales prévues en mars 2021, sauf retournement de situation, annoncent déjà ses couleurs dans la commune de Mbao. En effet depuis un certain temps, les partisans du maire Abdoulaye Pouye dit « Obama » et les ceux du ministre de l’environnement et du développement durable (MEDD), Abdou Karim Sall, se lancent des piques au niveau des réseaux sociaux. Chacun y va de sa manière pour défendre son leader. Une défense qui parfois dérape.

Tout pour la mairie…

Pour la quête de la mairie de Mbao, les deux leaders de la commune ne lésinent pas sur les moyens pour faire les yeux doux à leurs futurs votants. Des activités de proximité sont organisées très souvent dans ladite commune, histoire de se rapprocher davantage des mbaois pour décrocher leur vote lors des élections locales. Mais c’est aussi une manière pour les politiques de marquer leurs territoires.

Mais les belles paroles de ses futurs candidats aux locales de 2021 suffiront-ils pour convaincre ces populations qui sont réunis, pour la majorité, dans des plateformes pour défendre leurs intérêts communs…Le développement de Mbao

Gestion du maire et discours ethniciste…

Sur un post fait sur sa page Facebook, Cheikh Diaw, Chef de cabinet du MEDD, a tiré à boulets rouges sur la gestion du maire.

« A l’heure actuel, le seul discours qui vaille est la présentation d’un bilan bien qu’inexistant après six années de gestion opaque et chaotique, émaillée par des scandales à n’en plus finir.

le maire, ça fait dix mois que nous attendons la tenue d’un conseil municipal, lieu par excellence de débat sur les affaires de la cité. Je vous rappelle, au cas où vous l’auriez oublié, que le Code Général des Collectivités Locales (CGCL) prévoit au moins une session ordinaire par trimestre. Vous ne pouvez plus vous cacher derrière l’ordonnance 0005-2020 aménageant des mesures dérogatoires au fonctionnement des conseils départementaux, municipaux et de Ville du 30 avril 2020. Celle-ci cesse de produire ses effets dans les limites de temps de la loi d’habilitation 2020-13 du 02 avril 2020 qui n’avait qu’une durée de trois mois. Hélas ! Les années passent et se ressemblent. Toujours les mêmes reproches », se désole le conseiller municipal, sur le réseau social.

Dans le post, il accuse, le maire de tenir un discours ethniciste. « Avant d’évoquer cette question, permettez-moi de revenir sur le débat ethniciste posé par le mouvement « geum sa bop » du maire de Mbao,  Ablaye Pouye alias Obama qui a tenu en haleine toute une commune pendant une semaine. Face à ces propos rébarbatifs, je voudrais marquer toute mon indignation et prie Allah de nous préserver de ces discours fractionnistes, déstabilisateurs de la paix sociale gage de tout progrès », s’indigne le chef de cabinet qui a réveillé les suiveurs du maire.

Le mouvement « Geum Sa Bopp », à travers un communiqué, a réfuté ses accusations et parle de « contre-vérités ». Plus loin les souteneurs du maire Abdoulaye Pouye ont traîné les personnes ayant tenues ses propos en justice.

Des plaintes pour dissuader…

Pour freiner cette escalade de violence verbale, les leaders politiques de Mbao ont opté pour la voie légale, la justice. En effet, à la suite de ses accusations, le maire a servi une citation à comparaître à un des partisans d’Abdou Karim Sall. Un « acte d’intimidation » selon les proches du ministre de l’environnement. Ces derniers solidaires avec leur camarade, lui apportent tout leur soutien.

A signaler qu’Abdou Karim Sall, pour les mêmes faits, avait lui aussi traduit en justice des proches du maire.

La politique étant l’art de gérer la cité, ne devrait en aucun cas rimer avec violence verbale ou physique pour des élections locales. Car les habitants d’une même commune ne peuvent être que des « frères ».

Les locales de 2021 sont loin devant nous, espérons que les démons des violences électorales épargneront Mbao, qui a toujours était un havre de paix.

Niakaar Ngom depuis Mbao pour Xibaaru

Afficher les commentaires (1)