Ultimate magazine theme for WordPress.

En devenant ministre, Roselyne Bachelot perd beaucoup d’argent

Roselyne Bachelot nommée ministre de la Culture en France
0

Dans une interview parue dans le JDD dimanche 19 juillet 2020, Roselyne Bachelot révèle avoir perdu une grande partie de ses revenus en acceptant d’être nommée ministre de la Culture.

Elle s’était juré de ne plus refaire de politique, et pourtant. Roselyne Bachelot a été nommée ministre de la Culture le 6 juillet 2020, au grand étonnement des Français. Avec Éric Dupond-Moretti, elle fait partie des surprises du remaniement orchestré par Emmanuel Macron après avoir nommé Jean Castex Premier ministre.

Dans une interview accordée au JDD datée du 19 juillet 2020, la mère de Pierre Bachelot a expliqué pourquoi accepter de devenir ministre n’était pas une question d’intérêt. « Nul ne peut dire que je sers mes intérêts en acceptant ce poste dans un contexte aussi terrible », a-t-elle d’abord déclaré avant d’évoquer un sujet souvent tabou, son salaire : « Je perds tout de même la moitié de mes revenus dans cette affaire ». Sachant que le salaire d’un ministre est fixé à 10.136 euros bruts par mois.

La culture : un secteur en crise

Roselyne Bachelot décrit le contexte très particulier de l’épidémie de coronavirus et du confinement qui a contraint la majorité des acteurs du domaine de la culture à se mettre en pause. « Le désastre est financier, mais il est aussi psychologique, commente la ministre. Un acteur qui ne joue plus, un metteur en scène qui ne crée plus, un chanteur sans public, ce sont des situations humaines terribles ».

À peine arrivée au gouvernement de Jean Castex, Roselyne Bachelot a dû faire faire à un événement catastrophique : l’incendie de la cathédrale de Nantes. Le 18 juillet 2020, la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul a pris feu en début de matinée.

La ministre s’est rendue sur place. Une enquête a été ouverte pour incendie volontaire. « L’enquête est ouverte sur la base des constatations effectuées, après découverte de trois départs de feu espacés les uns des autres (…) au niveau du grand orgue, à droite et à gauche de la nef », a annoncé le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès.

laissez un commentaire