Ultimate magazine theme for WordPress.

Fin de l’Opération Barkhane : L’analyse pointue de Ibrahima Sène du PIT

Des militaires Français de l'opération Barkhane
0

Fin Opération Barkhane, sous Macron, ou, syndrome de la retraite de Russie, sous Napoléon Bonaparte !

En effet, après la visite historique du 2 novembre 2022, au Mali, du Capitaine Traoré, Président de la Transition au Burkina, placée, sous le signe de la solidarité agissante qu’il faut renforcer pour ces deux pays, unis par une communauté de conditions de vie. Aux yeux de notre Sociologue, les transitions maliennes et Burkinabés suscitent les mêmes intérêts qui sont la sécurité autour d’une bande frontalière d’environ 1 200 kilomètres et la question de la diversification de la coopération afin d’assurer aux deux pays sahéliens un décollage économique.

Macron n’avait plus le choix, que de prendre les devants, pour éviter une nouvelle humiliation devant une éventuelle nouvelle exigence du départ de ses troupes du Burkina.

D’où son discours du 06 novembre proclamant la fin de l’Opération Barkhane, tout en se donnant 6 mois pour trouver une nouvelle forme, moins ostentatoire, de garder sa présence au Sahel pour continuer à préserver ses intérêts en uranium au Niger, et d’accéder à moindre coûts aux immenses réserves en produits fossiles (gaz et pétrole », en « terres noires (au Mali), et autres ressources naturelles que recèlent les différents pays du Sahel !

La France, pour son économie, et ses ambitions européennes, a un besoin vital du Sahel, qu’elle ne quittera jamais à cœur de joie, mais fera tout, pour déstabiliser les pays récalcitrants, notamment ceux qui sont à l’origine, de son humiliation, pour pouvoir revenir en « sauveur », comme elle le fit au Mali, avec l’Opération Serval !

En effet, la France repose son économie et sa puissance militaire sur l’Uranium, dont regorge le Niger, et sur le pétrole et le gaz du Sahel et du Golfe de Guinée !

L’électricité de la France dépend à plus de 80% de l’uranium, et elle lui doit toute sa puissance nucléaire !

Sa puissance industrielle lui vient d’une électricité à bas coût, et d’un accès privilégié au pétrole et au gaz des pays du Golfe de Guinée sous sa domination (Gabon, République du Congo notamment !

La crise de la Covid-19, et la guerre de la Russie en Ukraine, mettent la France dans une double crise, au plan interne, et au plan extérieur

C’est, ainsi, qu’elle est confrontée, au plan interne à une crise, économique et sociale, qui la déstabilise profondément, et qui sonne le glas à sa croissance économique, creuse le fossé entre riches et pauvres, et fait le lit à l’extrême droite, mettant fin, à son mythe, savamment entretenu, de « pays de défense des droits de l’Homme et de la Démocratie républicaine » !

Au plan externe, elle fait face, d’une part, à une crise de leadership dans l’Union européenne, à cause de la tutelle américaine sur la sécurité de l’Europe occidentale, avec l’OTAN, et de la puissance économique de l’Allemagne, qui la relègue au second plan, en brisant son rêve de « couple mythique France-Allemagne » comme locomotive économique de l’Union Européenne !

Et d’autre part, à une tendance lourde de son expulsion du Sahel, par des forces patriotiques, en quête de souveraineté de leurs peuples !

La France, donc, sous Macron, vit une véritable crise existentielle, grosse de toutes les aventures en Afrique, pour se refaire une santé, et retrouver son lustre d’avant !

Pour ce faire, elle compte capitaliser :

– D’une part, sur les liens affectifs séculaires entre les intellectuels de sa classe dirigeante, et ceux d’Afrique, qu’ils ont formés dans leurs études supérieures, et dans leurs activités professionnelles, par le biais de coopération universitaire, et ou de stages professionnels ;

– D’autre part, par sa présence militaire, sous forme de coopération avec nos armées, dans leurs équipements et leur formation opérationnelle !

Ces deux leviers qui ont facilité la continuation de sa politique de domination et d’exploitation néocoloniale, ont aujourd’hui, du plomb sous les ailes, devant la montée, en puissance, du patriotisme chez les intellectuels civils et militaires, qui lui a valu ses déboires au Mali et au Burkina et qui menace sa présence au Niger et au Tchad, et partout, ailleurs dans ses ex -colonies d’Afrique !

C’est ainsi qu’avec la fin de l’opération Barkhane, sous Macron, la France est en train de revivre dramatiquement, le syndrome de la retraite de Russie, sous Napoléon, qui est au fondement de sa « russophobie » historique !

Cette nouvelle retraite du Sahel va faire monter le racisme, la xénophobie, et la haine de l’Africain, comme stratégie de maintien au pouvoir en France, de l’oligarchie intellectuelle, qui s’est mise au service de ses multinationales des énergies fossiles et du complexe militaro- industriel !

Patriotes africains, civils et militaires, du pouvoir dans l’opposition, dans la société civile, et dans les forces de défense et de sécurité, unissez-vous !

Pour défendre la souveraineté de nos peuples, à l’instar du Mali et du Burkina !

Nous n’avons qu’un seul ennemi, c’est celui qui veut porter atteinte à notre souveraineté, pour mieux exploiter nos ressources humaines et nos ressources naturelles !

Apaisons donc, nos contradictions internes, pour les résoudre dans la paix, et la stabilité de nos institutions, dans le respect, qui leur est dû !

C’est, le seul moyen :

–  De garantir la souveraineté de notre peuple, dans la paix civile, et sa convivialité légendaire, et,

–  De sauver notre République démocratique et laïque, dans un Etat de Droit !

 Dakar le 11 novembre 2022

 Ibrahima SENE PIT- SENEGAL

laissez un commentaire