FRN, CRD, Aar li ñu bokk : A quelle opposition se fier ?

L’opposition sénégalaise se distingue beaucoup plus dans des querelles de préséance en son sein. On dirait même qu’elle s’y complait. Face au pouvoir, l’opposition y va à l’assaut, mais en ordres dispersés. C’est pourquoi, il n’est d’ailleurs pas étonnant qu’elle n’adopte toujours le même langage sur des questions relevant d’intérêt national. Lorsque, une partie d’entre elle estime nécessaire de répondre qu dialogue politique initié par le Président de la République, Macky Sall pour discuter de certaines questions, notamment du Code électoral, de l’organisation des élections qui divisent le pouvoir et l’opposition, l’autre préfère adopter la politique de la chaise vide. Résultat des courses, c’est à une passe d’armes entre elle que l’on assiste.

Alors qu’une partie de l’opposition, notamment celle regroupée au sein du Front de résistance nationale (FRN) avait pris part au dialogue national, l’inénarrable Oumane Sonko tire à boulets rouges et qualifie de « traîtres » ses leaders. Avec Ousmane Sonko, on n’est pas à une contradiction près. Son parti, Pastef est pourtant membre du FRN.

Et, c’est quand la Commission cellulaire dirigée par le général Mamadou Niang dans le cadre du dialogue national, s’apprête à aborder la question du statut de l’opposition et de son chef, que Mamadou Lamine Diallo, le leader de Tekki et qui est une composante du Congrès de la renaissance démocratique (CRD), vient faire diversion. Mamadou Lamine Diallo veut faire croire que celui qui sera reconnu comme le chef de l’opposition deviendra un objet entre les mains du pouvoir puisque celui-ci va mettre à sa disposition, une caisse de 2 milliards de FCFA. Evidemment, rien n’est vrai dans tout ça. Mais pour Mamadou Lamine Diallo, il lui fallait mettre en mal l’opinion avec les partis de l’opposition qui participent au dialogue national et celui qui sera désigné son chef. Son mouvement ne participant à ce dialogue national et de toutes les façons, le CRD auquel il appartient, a la particularité d’être composé de partis insignifiants sur la scène politique nationale dont les leaders ne peuvent prétendre au statut de chef de l’opposition, il faut essayer de saboter tout cela.

Malheureusement pour lui, sa manœuvre n’a pas su prospérer, du fait que les Sénégalais en conviennent que le statut de l’opposition et de celui de son chef figure dans la Constitution. Mieux, cela permettrait enfin de parvenir à la fameuse rationalisation des partis politiques au Sénégal. Ce qui ne ferait que faire disparaître de la scène politique, tous les partis membres du CRD, du fait de leur poids insignifiant.

Ces derniers temps, et depuis que le scandale sur les contrats sur le pétrole et le gaz a éclaté, le regroupement « Aar li ñu bokk » veut occuper le terrain politique national. Ce mouvement est composé essentiellement d’organisations se réclamant de la société civile, mais qui se signalent par leur hostilité vis-à-vis du pouvoir. Aar li ñu bokk veut disputer aux partis politiques traditionnels de l’opposition le terrain de la mobilisation. Or, les partis politiques traditionnels de l’opposition, du fait même qu’ils risquent de se faire supplanter par ces organisations de la société civile dans le terrain de la mobilisation populaire, ce qui leur ferait perdre tout crédit auprès des populations, ne peuvent l’accepter.

Finalement, on en est dans une situation, où l’on se demande à quelle opposition se fier ? De toutes les façons, sans une opposition unie pour faire face au pouvoir afin de mieux prendre en charge les véritables questions qui préoccupent les Sénégalais, ces derniers ne feront que lui tourner le dos.

La rédaction de Xibaaru