FRN – Quand Wade refile une patate chaude à Diop Decroix

«Je vous informe que j’ai désigné comme nouveaux représentants du Parti démocratique sénégalais (Pds) au sein du Front de résistance nationale (Frn), en remplacement de l’ancien secrétaire général adjoint du Pds, Monsieur Oumar Sarr, Monsieur Bara Gaye, secrétaire général adjoint chargé des relations avec les organisations politiques et rapporteur du collège des secrétaires généraux adjoints du Pds et Monsieur Doudou Wade, secrétaire général adjoint chargé des conflits du Pds.» Tel est le contenu de la lettre que Me Abdoulaye Wade a adressée à Mamadou Diop Decroix, coordonnateur du Front de résistance nationale (Frn) qui regroupe des partis d’opposition ainsi que des organisations de la société civile. Ainsi présentées, les choses semblent assez simples. Mais c’est loin d’être le cas. Puisqu’il ne s’agira pas de procéder, de manière simple, au remplacement d’Oumar Sarr par Bara Gaye et Doudou Wade désignés par le secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais (Pds).
En effet, le Front de résistance nationale va devoir trancher entre deux camps en conflit. Oumar Sarr et ses «frères» de l’Alliance suqqali sopi contestent la légalité et la légitimité des réaménagements apportés par Abdoulaye Wade au sein de l’instance dirigeante du Pds. Inutile de dire alors qu’ils n’accepteront pas d’être éjectés si facilement du Front de résistance nationale. Mamadou Diop Decroix a-t-il les prérogatives de les exclure ? Difficile à dire. Toujours est-il que ce cas va forcément se poser au cours des prochaines réunions du Frn. D’autant plus que le Parti démocratique sénégalais (Pds) n’a aucune intention de partager les réunions du Frn avec Oumar Sarr et son groupe. Pour eux, l’ancien secrétaire général adjoint du Pds ne peut plus siéger au Front parce que «ne dirigeant plus un parti politique». Le dilemme est d’autant plus compliqué pour Mamadou Diop Decroix qu’il reste un allié du Pds en plus d’être proche d’Oumar Sarr. Les deux avaient, d’ailleurs, participé au dialogue national contre l’avis de Me Abdoulaye Wade. Autrement dit, le Frn risque l’implosion si le cas Oumar Sarr n’est pas géré avec délicatesse.