Karim jubile et annonce depuis Doha qu’il sera le prochain président

A cause de la bourde de Moustapha Kâ : Karim Wade se voit futur Président de la République

Karim Wade a vraiment de quoi pavoiser. Le fils de l’ancien Président de la République condamné par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) fait le devant de l’actualité. Non pas par les faveurs des retrouvailles de son père Me Abdoulaye Wade avec son successeur à la tête de l’Etat du Sénégal, Macky Sall, mais à cause d’une bourde du Directeur des Droits de l’Homme auprès du ministère de la Justice, M. Moustapha Kâ.

Qui a demandé à M. Moustapha Kâ de prendre l’engagement auprès du Comité des Droits de l’Homme des Nations unies comme quoi Karim Wade va être réhabilité et indemnisé par l’Etat du Sénégal, suite à sa condamnation par la CREI ? Une grosse erreur commise par le Directeur des Droits de l’Homme du Sénégal. Qui lui a demandé de prendre un tel engagement, certainement pas le ministère des Affaires étrangères duquel il ne dépend pas. C’est dire que M. Moustapha Kâ a, soit agi en solo, soit il a reçu des instructions du ministère de la Justice près de qui sa direction est rattachée.

Moustapha Kâ comme son ministre de tutelle, Me Malick Sall, doivent aujourd’hui des comptes à l’Etat du Sénégal. Les dégâts causés par la sortie de Moustapha Kâ demeurent. Il n’est pas si exagéré de le dire. Témoin, la réaction de Karim Wade après avoir eu écho de la déclaration du Directeur des Droits de l’Homme du Sénégal. Selon une source présente au moment des faits, Karim Wade s’est senti pousser des ailes en prenant connaissance de la position de Moustapha Kâ. Sur place, Karim Wade qui était entouré d’amis dont un membre proche de l’entourage de l’émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al Thanin, ne pouvait se retenir. Sûr de lui et jubilant, il lâche à son entourage ainsi présent : « Je vous avais dit que l’Etat du Sénégal allait reconnaître ses erreurs et me dédommager. Ma prochaine cible est la présidence de la République du Sénégal, grâce à vos appuis respectifs ».

Karim Wade peut bien prendre ceci comme une victoire de sa part. Il a tout raison. Le Directeur des Droits de l’Homme de l’Etat du Sénégal lui offre sur un plateau d’argent de quoi avoir raison sur l’Etat du Sénégal. Au fond, un acte de zèle de la part de ce dernier et du ministère de la Justice duquel il dépend. Me Abdoulaye Wade avait l’habitude de dire qu’en politique, « l’erreur se paie cash ». N’est-ce-pas ce qui atteint Moustapha Kâ et Me Malick Sall qui doivent payer d’eux-mêmes leurs errances politiques ?

Thiémokho BORE