Karim Wade va bientôt rentrer au bercail

Annoncé plusieurs fois, ce retour va cette fois-ci se faire dans la dynamique des retrouvailles Macky/Wade, sous l’onction du Khalife général des Mourides,SerigneMountakha Mbacké lors de l’inauguration de la grande mosquée Massalikul Jinaan.
En effet, le Khalife des Mourides s’était longuement expliqué avec Macky et sur la table, les dossiers de Karim Wade et de Khalifa Sall avaient été exposés. Ce dernier a été gracié et le premier va bientôt rentrer au bercail.
En effet, d’après nos sources, un coup de canif va être porté au protocole de Doha pour anticiper le retour de Karim. Macky est dans de très bonnes dispositions et aurait donné son aval.
Mon interlocuteur soutient que, comme pour Khalifa Sall, le retour de Karim sera une surprise pour tous. Mais les Sénégalais s’y attendent de toutes les façons. Ils savent que c’est cela qui intéresse l’ancien Président.
D’ailleurs, dans le sillage de ces retrouvailles, il n’est pas exclu qu’une fois à Dakar, le fils bénéficie d’une amnistie ou d’une interprétation bienveillante de la loi pour pouvoir briguer des postes de responsabilité importants.
Il se susurre que Macky a l’intention de faire de Karim une sorte de Vice-Président avec de larges responsabilités, exactement comme son père rêvait de faire de lui.
Et en échange, le Président de la République aura le soutien du Parti démocratique sénégalais (Pds) pour réaliser un certain nombre de rêves dont certains pourraient étonner.
En tout état de cause, Macky drague actuellement ses anciens frères et compte créer les conditions d’une alliance politique spectaculaire.
D’ailleurs, il n’est pas impossible qu’il soit accompagné d’Abdoulaye Wade pour faire son ‘’ziar’’ d’avant-magal à Touba. Les deux hommes ont besoin de convaincre le Khalife et l’opinion de leur bonne foi et ce scénario est à l’étude.
C’est dire que Macky qui est dans une logique de pardon et de réconciliation, va encore, dans les prochains jours, surprendre son monde.
Les scénarii à l’étude n’excluent nullement la possibilité du troisième mandat s’il a l’aval et le soutien du Pds. Comme la Constitution parle de deux ‘’mandats de cinq ans’’, certains de ses proches avancent la légalité d’une telle démarche, étant donné que le premier mandat était de 7 ans.
Comme nous avons l’habitude de le défendre, si cela est conforme à la lettre de la Constitution, il est en porte à faux avec son esprit.
On ne peut faire une réforme pour imposer deux mandats à tout futur Président et se permettre de s’en arroger trois. Ce serait incompréhensible.
Tout pour dire que le Président n’a pas encore une stratégie huilée pour faire face à l’enjeu électoral de 2024. Va-t-il y participer ou non ? Sera-t-il représenté ? Rien n’est moins sûr.
Il réfléchit, élabore des stratégies et anticipe…
Mais, dans tous les cas, il veut désormais compter sur le Pds, c’est-à-dire sur Wade, son fils et leurs affidés. Car, les autres, eux, ont déjà pris leurs distances.

Auteur: chroniques.sn