Ultimate magazine theme for WordPress.

La case de Wade brûle…La famille libérale en mille morceaux

0

Retrouvailles de la famille libérale…une utopie politique

A ses débuts en politique, le chef de l’Etat n’avait qu’une seule volonté : réduire l’opposition à sa plus simple expression. Mais jusqu’à présent, Macky Sall peine à arriver à ses fins. Des poches de résistances sont toujours décelées au sein de l’opposition. Mais le locataire du Palais a réussi à ébranler le parti démocratique sénégalais (PDS). Ce qui a dispersé les libéraux. Alors que Macky s’accroche à la fin de son dernier mandat, les libéraux veulent rebondir. Malheureusement, la tâche est loin d’être gagnée d’avance. De nombreux obstacles se dressent devant eux.

libéral
Le député, Pape Diop leader de Bokk Gis Gis

La page des législatives est complètement tournée. Désormais, les partis politiques et coalitions se tournent vers l’avenir. Si pour certains la priorité de l’heure c’est la présidentielle. D’autres pensent le contraire. Après les résultats obtenus par la grande coalition Wallu Sénégal et le ralliement de Pape Diop, les libéraux ne rêvent que de réunir la grande famille libérale. Après le « Protocole de Massalikoul Jinaane », des personnes comme Doudou Wade avaient déjà donné le ton. Aujourd’hui d’autres voix s’élèvent pour que les libéraux ne soient plus que dans une seule famille.

Malheureusement, ces retrouvailles risquent de ne jamais avoir lieu. Depuis quelques jours, l’ancien président Abdoulaye Wade semble avoir tourné le dos à l’intercoalition Yewwi-Wallu. Pour de nombreux observateurs ceci est le coup d’envoi pour que les libéraux reprennent leur union d’antan. Cela est loin de la réalité politique. Le Pape du Sopi est certes obnubilé par le retour de Karim Wade. Il serait même prêt à pactiser avec Macky Sall, comme l’ont fait certains. Mais une telle chose ne peut réunir une famille dispersée en mille morceaux.

Le premier obstacle à cette « escroquerie politique », c’est le PDS lui-même. Le mythique parti de Wade ne peut être la base solide de ces retrouvailles. Le parti est en mille morceaux avec un vieux de plus de 96 ans pour conduire le navire. Depuis Doha où il est exilé, Karim Wade est en train de court-circuiter son père. Les décisions impopulaires qu’il prend ont fini de mettre à genoux le PDS. De nombreux leaders ont été chassés du parti par Wade-fils depuis son salon doré. Alors ces retrouvailles devront se faire autour d’un leader capable de relever les défis de l’heure.

libéralMacky Sall aurait fait un bon profil pour conduire ces retrouvailles. Malheureusement, cheminer avec le chef de l’Etat est devenu un pari risqué. Après avoir dépouillé l’opposition de ces bons éléments, il est arrivé à la fin de son mandat. Le flou sur la question du troisième mandat a réussi à placer Macky sur la liste des personnes dont les sénégalais ne veulent plus. Alors les libéraux qui prendraient le risque d’être derrière le locataire du Palais seront, sans doute, vus comme des traîtres à la nation.

Alors le projet de retrouvailles des libéraux fait face à un dilemme cornélien. Même s’ils arrivent à trouver un point d’accord, la réalité les rattrapera. Tous ces leaders qui veulent faire front commun ont perdu la confiance des sénégalais. En refusant de venir s’opposer à Dakar, Karim Wade a démontré qu’il est loin d’être fiable. Idrissa Seck est la personnalité politique la plus détestée depuis qu’il est devenu un élément incontesté du «Mburook Soow». Les autres transhumants venant du PDS ont complètement disparu devant de nouveaux types d’opposants. Alors cette force en gestation risque de ne rien peser devant la bande à Ousmane Sonko.

Même si le ralliement de Pape Diop a relancé le débat sur les retrouvailles de la grande famille libérale. Celle-ci n’est pas encore prête à se réaliser. Beaucoup d’obstacles s’opposent à la concrétisation de ce souhait. Malheureusement, les monarques n’entendent point la voix des peuples lorsqu’ils sont blottis dans leurs tours d’Ivoire jusqu’au jour où il sera trop tard. En politique, il ne faut jamais dire jamais. Mais il faudra une grande prouesse pour que le libéralisme retrouve toute sa splendeur au Sénégal…

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire