Ultimate magazine theme for WordPress.

La guerre commence à l’APR…le cabinet du président touché

0

Il fallait s’y attendre ! A l’approche des législatives, le feu qui couvait depuis longtemps dans les bas-fonds de l’Alliance Pour la république (APR) allait embraser tous les fondements du parti. Et ce sont les premières manifestations des turbulences pré-investitures qui se profilent dans la mouvance présidentielle. Et les premières salves ont été tirées en direction du Palais de la République. Des républicains dénoncent des pratiques malsaines et accusent le cabinet de Président de ne pas jouer franc jeu.

Le cabinet du président accusé par des militants de l’APR et cela dans une lettre rendue publique et signée ouvertement par des membres du parti qui ne se cachent plus. Une première au sein de l’APR où des querelles internes sont portées sur la place publique et des collaborateurs directs du président livrées à la Vindicte populaire. Et ce sont des accusations très graves car les premiers collaborateurs du président de l’APR sont accusés de ne pas suivre les instructions de leur patron…

« Les ministres d’Etat directeurs de cabinet du Président Augustin TINE, Mahmoud SALEH et le ministre Mor NGOM viennent de brûler la lettre circulaire du président Macky SALL adressée aux militants et responsables de la coalition Benno Bokk Yakaar » selon le collectif des responsables de l’A.P. R des Parcelles Assainies. Cette révélation des républicains des parcelles Assainies qui est d’une gravité extrême, est agrémentée de faits de violations de la part des collaborateurs du président…

« Nous jugeons que cette réunion tenue à huis clos et en catimini, parrainée par le ministre d’Etat Augustin TINE, commissaire politique dans les 19 communes du département de Dakar, est une violation flagrante de l’esprit de la lettre circulaire en date du 14 février 2022 du président Macky SALL. » précise le communiqué du collectif qui ouvre les hostilités au sein de la coalition Benno Bokk Yaakaar à quatre mois des élections législatives.

Des clans se forment au sein de l’APR pour accuser avec des preuves formelles les hommes du cabinet du président. Les élections locales ont laissé beaucoup de cicatrices avec des investitures qui ont été fortement décriées dans le département de Dakar. Les laissés pour compte lors des élections locales du 23 janvier ne veulent plus se laisser faire pour les Législatives. Ils exigent le suivi des décisions de La conférence des leaders de BBY qui recommandent la réconciliation, l’unification et de remobilisation de toutes les composantes » de la coalition en vue des législatives…

Et les militants des parcelles Assainies ne sont pas les seules puisque nos sources nous informent qu’une rébellion couve à l’APR de Kaolack entre les militants authentiques, la bande à Mariama Sarr, Modou Ndiaye Rahma et Baye Ciss, président du mouvement Changement Action Réaction (CAR) affilié à l’APR, sont sur le qui-vive car des informations font état du choix du président sur l’actuel maire de Kaolack, l’homme d’affaire Serigne Mboup, pour conduire la liste départementale aux élections Législatives du 31 juillet 2022.

A l’instar des militants de Dakar et de Kaolack, les Républicains de Linguère sont sur le pied de guerre et attendent de pied ferme les investitures. Selon notre source dans cette localité, la guerre entre les camps de l’actuel maire Aly Ngouille Ndiaye et du ministre Samba Ndiobène Ka va reprendre bientôt. Ils ont enterré provisoirement la hache de guerre et observent les directives du président de l’APR sur le choix de la tête de liste départementale aux législatives. Serait-ce Aly Ngouille ou Samba ndiobène ? Le choix de l’un provoquera la colère de l’autre…

Le président Macky Sall a du pain sur la planche. Toutes les investitures aux législatives depuis les indépendances ont toujours laissé un goût amer et des séquelles. Senghor, Abdou Diouf et Wade ont connu des divisions dans leurs partis respectifs aux lendemains des législatives. Après les législatives de 2012 et 2017, la coalition Benno a été fortement secouée. Et les investitures pour les élections du 31 juillet laisseront des plaies béantes à la mouvance présidentielle qui partira diminuée à la présidentielle de 2024…

La Rédaction de xibaaru

laissez un commentaire