Ultimate magazine theme for WordPress.

Lass Badiane fait la leçon aux membres de Yewwi

0
Au Sénégal, ceux qui aiment critiquer quotidiennement les autres(politiciens et journalistes), détestent qu’on les critique…Par Lass Badiane
L’administrateur d’un groupe WhatsApp qui retire ceux qui donnent leurs avis, ne fait que manifester sa vraie nature dans la gestion d’une parcelle de Pouvoir, qui lui est confiée temporairement. La ligne séparant la critique constructive et non biaisée de la critique basée dans l’hostilité, est certes très fine, presque invisible à l’œil nu. Parfois, certaines personnes critiquent les autres par pure haine.
Je dois noter que je ne déteste personne. La haine ne fait pas partie de mon répertoire et surtout pas de mon éducation. Mes parents dont la gentillesse est aussi infinie que l’univers, ne m’ont jamais appris à détester mon prochain. Il ne faut pas être sorcier pour comprendre que la haine n’amène qu’obscurité, désarroi, peine, confusion et une pression artérielle aussi élevée que le Mont Heha.
Je parle de critique en conséquence de cause. N’est ce pas Khalifa Sall, l’ancien maire de Dakar condamné et révoqué, qui disait: « Quand un homme public pose des actes publics sur la place publique, il ne doit pas refuser de commentaires publics. » Les hommes publics dont les écrits et paroles sont en majorité des opinions sur divers sujets, doivent s’ouvrir gratuitement à la critique, et pas toujours constructive ou polie. Les critiques ne sont jamais méchantes ; elles sont plutôt animées, avec des divergences évidentes, ce qui est bon en soi.
Certes, certaines critiques que je vois sur les médias sociaux sont acerbes, parfois remplies de haine. Je trouve cela dommage en tant que chantre de la liberté d’expression, poussée à l’extrême. Je ne crois pas aux limitations de la liberté d’expression, même en cas de discours haineux, vu que ce dernier est puni par la loi. Tout le monde a le droit de dire ce qu’ils veulent, du moment qu’ils sont prêts à en assumer les conséquences. Cependant, certaines personnes, que je ne nommerais pas, sont d’une lâcheté légendaire et pitoyable. Ils veulent dire n’importe quoi sur les autres, sans accepter qu’on leur serve une réplique de leurs actes et paroles, dans un petit groupe WhatsApp. Je n’ai aucune sympathie pour des bougres pareils.
Cependant, toute critique n’est pas une attaque personnelle. Aucun acte, aucun comportement n’est parfait. Ainsi, tout concept et tout comportement sont ouverts à la critique. Si on élimine cette dernière, c’est le début de la censure, de l’autocratie, et bientôt de la dictature. Alors, comment faire la différence entre une critique sincère et une critique malsaine, remplie de petits messages qui piquent et qui ne veulent que semer la discorde ? Il est rare de ne pas pouvoir faire la distinction entre les deux. En général, la critique sincère est accompagnée d’une volonté authentique de comprendre ce qui se passe. C’est, ce que certains leaders de Yewi Askanwi ont fait. Poser des questions ! Chercher des réponses pour les livrer à leurs militants.
Quant à la critique âcre, malsaine et blessante, elle saute aux yeux par le choix des mots et surtout le ton. Comme la synthèse de la déclaration de presse du cow-boy de cette opposition faiblarde. Les sénégalais conscients, qui ne voient pas la queue du diable, pour la tirer ne laisseront pas ces forces du mal avec une unanimité sans faille, qui veulent prendre le contrôle du pays par tous les moyens imaginables. Nous n’accepterons pas que ces politiciens du Pouvoir ou de l’opposition semer le chaos dans ce pays par des manipulations politiciennes. On critique toute chose qui cloche, tout concept qui n’a aucun sens à nos yeux. Après tout, l’un des piliers de la société, particulièrement la politique, c’est la critique.
J’ai appris, le temps aidant, que toute critique n’est pas née dans un océan de haine.  J’ai appris à recevoir la critique et surtout à la donner, ce qui n’est pas toujours aisé. C’est un exercice délicat mais ô combien nécessaire. Au Sénégal, il y a des gens qui détestent la critique, aussi constructive qu’elle soit. Il y a des gens qui ont une aversion prononcée pour la contradiction, les questions, les enquêtes. Il y a des mini-dictateurs disons. Il y a des gens qui interprètent la critique comme une attaque personnelle et personnalisée. Je dirais à ces gens d’apprendre à répondre aux critiques. Je leur dirais d’apprendre à défendre leurs points de vue et le cas échéant, une fois qu’ils remarqueront qu’ils ont tort, de changer d’avis.
Les leaders de Yewi Askanwi doivent avoir l’humilité de dire aux sénégalais, qu’ils ont eu TORT. Mieux, qu’ils ont menti honteusement aux sénégalaises et sénégalais.
Il n’y a rien de mal à cela. Au contraire, il s’agit d’un signe de maturité extraordinaire, dont ils devraient être fiers.
Macky SALL et son gouvernement se trompent quotidiennement, c’est pourquoi les populations les sanctionnent.
Il faut mettre son propre narcissisme de côté et être rationnel un peu quand même ! La critique est nécessaire, sinon, comment allons-nous évoluer ?
Il faut apprendre toujours à offrir une critique constructive et aussi judicieuse que possible. M’arrive-t-il de me planter ? Oh que oui ! Est-ce que certaines personnes arrêtent de me parler parce que je les ai critiquées ? Oh que oui ! Ai-je déjà eu des accrochages verbaux avec des gens ? Oh que oui ! Y a-t-il eu des adjectifs désobligeants lancés contre ma personne ? Oh que oui ! Et alors ? Ce n’est pas pour autant que je vais arrêter de critiquer les actes de ces politiciens ! Non ! Je vais continuer car personne n’est au-dessus de toute critique et surtout pas moi ! Aucun acte public n’est au-dessus de toute critique.
Acceptez la critique. Ce n’est pas nécessairement une attaque contre votre personne. Souvent, c’est simplement une réponse à vos idées, paroles et gestes. Critiquer doit servir comme point de repère et non comme une crucifixion, bien que certains imbéciles en profitent pour essayer de casser votre esprit et votre détermination.
On n’est pas obligés d’avoir la même approche ou le même avis sur tout ! On m’a dit souvent que j’utilise les gros mots dans mes textes et qu’une telle manière d’écrire, manquait de classe. Si vous ne vous rappelez que d’un gros mot dans un texte composé de plusieurs paragraphes, alors vous n’avez rien compris à mon texte. Vous l’avez lu superficiellement et vous aviez déjà des idées préconçues sur lesquelles vous campez comme des soldats la veille d’une attaque. Si quelques gros mots dans un texte éliminent le fond de ce dernier, alors je vous prie d’aller vous faire f… Respectueusement, bien sûr.
Rappelez-vous que sourire est un cadeau du ciel, alors veuillez sourire autant que vous pouvez et je souhaite aux populations sénégalaises de pouvoir sortir de cette pauvreté galopante, de la hausse exponentielle des denrées de première nécessité et du chômage des jeunes et des femmes, le retour des délestages…par la faute des politiciens.
LASS BADIANE PRÉSIDENT MOUVEMENT DIEUM KANAM
laissez un commentaire