Le Casse-tête de la location…à Dakar

Trouver un logement ou un magasin de commerce pour location à Dakar est devenu un véritable parcours du combattant. Le locataire (ou futur locataire) qui cherche à trouver une chambre, un appartement, une maison ou un magasin pour son commerce doit à chaque visite payer ce que des intermédiaires (agences immobilières, courtiers) ont convenu d’appeler des «frais de déplacement ou de visite» fixés à 2000 F CFA ; que le produit soit à sa convenance ou pas, rapporte Sud Quotidien dans sa parution de ce lundi.

Selon le journal, le développement des réseaux sociaux aidant, beaucoup de courtiers ou d’agences immobilières font leur publicité sur l’internet. N’empêche, le client à la recherche du local, versera après les frais de visite. La location au Sénégal, c’est tout un système de discrimination qui laisse en marge beaucoup de personnes. La préférence des bailleurs, rappelée souvent par les courtiers, est que le local n’est cédé qu’aux étrangers, prioritaires. La raison avancée souvent est qu’ils payent mieux que les nationaux. Pis, les couples avec ou sans enfants ont des difficultés à avoir une seule chambre car, la préférence, dans ce cas, c’est le célibataire qui devra occuper à lui seule la chambre.

A côté, il y a aussi le coût qui grimpe de jour en jour. Dans les maisons, une limite est parfois fixée au locataire. Certains ne veulent pas partager une terrasse ou une cuisine. A côté, il y a également le coût qui croit de manière exponentielle. Dans certains quartiers de Dakar, pour une seule chambre avec une toilette intérieure, il faut débourser 80.000 F CFA. La moyenne qui était, l’année dernière, entre 50.000 et 60.000 F CFA est en phase d’être relevée.

Les appartements aussi coûtent très cher. En avoir à 150.000 F CFA est quasi impossible. Maintenant, il faut débourser environ 200.000 F CFA ou même plus pour en trouver un appartement avec deux chambres et un salon, selon le quotidien.

Et pourtant, en 2014, la loi n°2014-03 du 22 janvier 2014 avait été votée. Cette loi qui porte sur la baisse des prix des loyers n’ayant pas été calculés sur la base de la surface corrigée devrait être appliquée. Mais, hélas !