Ultimate magazine theme for WordPress.

Le CRD demande la démission de Diouf Sarr

Le ministre de la Santé et de l'Action Sociale, Abdoulaye Diouf Sarr
0
La Conférence des leaders du Congrès de la renaissance démocratique s’est réunie en visioconférence le mardi 27 juillet 2021. Au cours de cette réunion, la Conférence des Leaders a débattu de plusieurs questions d’actualité parmi lesquelles la situation difficile que vit le pays du fait de l’explosion des contaminations au Covid 19, la violation de la loi par le Conseil constitutionnel du Sénégal, la longue pause pluviométrique en ce début d’hivernage, la révision exceptionnelle annoncée des listes électorales et la problématique des vacances de postes stratégiques au ministère de la justice.
Sur la gestion de la Covid 19, la Conférence des leaders a relevé l’incompétence manifeste du ministre de la Santé qui a démontré devant tous les Sénégalais qu’il n’a ni le niveau ni les capacités qu’exige aujourd’hui une riposte efficace, ordonnée et rationnelle contre la pandémie pour arrêter les vagues de contaminations et sauver les populations de la catastrophe. Le Sénégal regorge de ressources humaines compétentes, et le CRD considère qu’il n’y a plus aucun sens à maintenir l’actuel ministre de la Santé à son poste pendant que les contaminations et les décès explosent. A défaut de démissionner, Abdoulaye Diouf Sarr doit être démis de ses fonctions pour faire place à la compétence, à la rigueur et au professionnalisme.
A propos du retard pluviométrique en ce début d’hivernage, la Conférence des Leaders s’interroge sur le mutisme du gouvernement devant l’inquiétude et le désarroi des populations du monde rural, notamment les paysans et les éleveurs. Pour le CRD, ce retard pluviométrique allonge la difficile période de soudure. Il est par conséquent urgent pour le gouvernement réétudier sérieusement cette question en vue de prendre toutes les mesures nécessaires à soulager nos compatriotes déjà éprouvés par de mauvaises récoltes en 2020-2021 contrairement aux fausses statistiques diffusées par le ministre de l’Agriculture et les conséquences de la Covid 19.
S’agissant de la révision exceptionnelle des listes électorales, la Conférence des Leaders considère qu’en décidant d’exclure les jeunes qui constituent l’écrasante majorité de la population du fichier électoral, notamment par la nécessaire présentation de la carte nationale d’identité pour l’inscription sur les listes électorales et par la trop courte durée de la période de révision des listes électorales, l’objectif visé est la confiscation du suffrage universel au profit de l’Alliance pour la République et de ses alliés. En excluant la majorité des électeurs, dont les primo-votants, et en favorisant l’enrôlement de ses partisans et des bénéficiaires des programmes sociaux et des recrutements népotistes, clientélistes et nébuleux du gouvernement, le Président Macky vient de confirmer son entêtement à produire le chaos dans ce pays avec le projet d’y trouver un contexte favorable qui, pense-t-il, devant lui permettre d’imposer un troisième mandat au Sénégal au moyen de la force et de la répression violente ! Pour le CRD, et face à cette énième forfaiture, l’opposition doit prendre ses responsabilités et les jeunes doivent défendre leur droit à être inscrits sur les listes électorales.
Enfin, en ce qui concerne le phénomène récurrent de la vacance de postes dans le secteur de la justice, la Conférence des leaders a pris acte de la nomination de trois nouveaux juges au Conseil constitutionnel. Il attire en outre l’attention de Macky Sall sur la nécessité de pourvoir aux postes vacants dans les cours et tribunaux pour assurer une bonne administration de la justice dans notre pays. Il s’agit en particulier des postes importants de premier président, de procureur général de Cour d’appel et de doyen des juges d’instruction à Dakar qui sont vacants depuis des mois. Le CRD invite à la convocation régulière du Conseil Supérieur de la Magistrature, qui ne s’est plus réuni depuis mai 2020, alors que la loi prévoit deux réunions au moins par an. Ces dysfonctionnements démontrent un manque de respect notoire du Président de la République à la justice en particulier et aux institutions de la république en général alors que la Constitution, tout comme son serment, l’investit d’assurer leur fonctionnement régulier.
Fait à Dakar, le 28 juillet 2021
LA CONFERENCE DES LEADERS
laissez un commentaire