Le faux procureur du PDS risque gros !

Tout d’abord, nous magnifions le travail colossal qu’est en train d’abattre la presse Sénégalaise dans son ensemble malgré la faiblesse des moyens mis à la disposition des journalistes. Toutefois, certains journaleux doivent éviter de se faire manipuler. Le quotidien ‘’Le Témoin’’, dans un article paru le mardi 20 octobre, s’est arrogé, sans aucun recoupement, le plaisir de diaboliser des militants et responsables du PDS dont le seul tort est d’avoir vu leur nom inscrit dans un rapport écrit  par un lâche qui n’ose pas se dévoiler publiquement. Et pourtant, l’un des principes élémentaires du journalisme est qu’il faut toujours faire un recoupement afin de pouvoir obtenir des informations sures et fiables.

La Convergence des Eternels Wadistes se réserve le droit de servir une citation directe au quotidien ‘’Le Témoin’’ mais avertit qu’elle ne laissera plus aucun journaliste ternir l’image des plus hauts responsables du PDS qui sont connus pour être des personnes imbues des valeurs civiques propres aux grands hommes. De plus, dans ledit article, le journaleux atteste que ‘’ selon ce rapport plein de révélations — puisque les langues des vigiles, chauffeurs et sergents-recruteurs se sont déliées —, tous ces militants et responsables ont participé de près ou de loin aux actes de destruction ou de dégradation volontaire de la permanence Oumar Lamine Badji du Pds.’’

Comment peut-on se baser sur des langues persifleuses pour trainer dans la boue des pères et mères de familles ? Il est évident que ce plumitif est instrumentalisé. Monsieur le journaliste, pour rehausser votre niveau intellectuel, nous vous servons la première règle du discours de la méthode de Descartes à savoir : ‘’ne recevoir jamais aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle; c’est-à-dire, d’éviter soigneusement la précipitation et la prévention, et de ne comprendre rien de plus en mes jugements que ce qui se présenterait si clairement et si distinctement à mon esprit, que je n’eusse aucune occasion de le mettre en doute.’’

En outre, nous tenons à attester sans ambages que ce rapport altéré et biaisé qui a été transmis au Président Wade est tout sauf fiable dans la mesure où il a été pondu sans que l’auteur n’ait eu la version des personnes dont les noms y ont été cités. Ce qui revient à dire que l’auteur du rapport n’est ni indépendant, ni impartial. Et cela est puni par la loi. Le fait de porter des accusations imaginaires et mensongères sur des personnes est sévèrement réprimé par la loi. Preuve de plus que l’auteur dudit rapport est d’une mauvaise foi manifeste, il ne s’intéresse pas aux coupables mais aux instigateurs de la bagarre.

Comment peut-on indexer un instigateur sans, au préalable, alpaguer le ou les coupables ? Pour ce juge qui n’a jamais lu le droit, il faut toujours mettre la charrue avant les bœufs. Son idiotie l’enfonce d’avantage et démontre une fois la volonté de ce faux magistrat de nuire et de régler des comptes politiques.

Son ignorance lui a fait oublier que seul le procureur est habilité à porter des accusations contre une tierce personne. Nul ne peut s’arroger le droit de fomenter des affabulations cousues de fil blanc que rien ni personne ne peut prouver matériellement. L’auteur du rapport en question a donc usurpé le manteau du procureur de la république. Il omet certainement qu’un faux douanier a été condamné à quatre années de prison ferme pour usurpation de fonction.

Pour l’instant, vu qu’il s’abrite dans l’anonymat, la Convergence des Eternels Wadistes se réserve le droit de poursuivre devant la justice ce faux magistrat qui n’a jamais prêté serment. Si ce faussaire persiste dans cette logique funeste, une plainte sera déposée contre lui pour usurpation d’une fonction légalement réglementée et faux et usage de faux en plus des autres griefs qui pourront s’y ajouter car au vu de l’article en question, il y a au moins dix charges qui peuvent êtres retenues contre lui.

La Convergence des Eternels Wadistes