Le PDS des Wade…dans le jeu de la mouvance présidentielle

Silence autour de dossiers vitaux touchant la nation : Et si le PDS était devenu un parti de la mouvance présidentielle ?

Depuis les retrouvailles entre le Président de la République M. Macky Sall et son prédécesseur au Palais, Me Abdoulaye Wade, le Parti démocratique sénégalais garde un silence troublant sur certaines questions ayant trait à la vie de la nation. Une posture bizarre. Le Comité des Droits de l’Homme de l’Organisation des nations unies (ONU) s’est fait le devoir de demander au Sénégal de respecter les droits de Karim Wade, fils de Me Abdoulaye Wade, condamné par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), en le réhabilitant et même à lui verser des indemnités de compensation. L’Etat du Sénégal a réagi en déchirant cette résolution du Comité des Droits de l’Homme de l’ONU, et pire en limogeant ses fonctionnaires ayant pris part à la rencontre de cette instance internationale. Ces fonctionnaires ont commis le délit d’avoir l’engagement au nom du Sénégal que tous les droits de Karim Wade vont être respectés par le Sénégal.

Evidemment, cette résolution a conduit toutes les organisations nationales luttant pour les droits de l’homme au Sénégal, à s’en réjouir et à tirer à boulets rouges sur l’Etat. Le PDS qui ne cesse de se battre pour la réhabilitation de Karim Wade devrait être le premier à se réjouir de cette position du Comité des Droits de l’Homme de l’ONU et à pourfendre l’Etat du Sénégal. Il n’en est rien. Curieusement, le PDS se distingue par son silence autour de cette résolution du Comité des Droits de l’Homme de l’ONU.

Le PDS s’était montré hostile à toute idée de report des élections locales, il n’y a guère longtemps. Ce part a même poursuivi sa logique d’opposition radicale vis-à-vis du régime du Président Sall en boudant son appel au Dialogue national. Aujourd’hui que le report est devenu effectif et la nouvelle date de ces élections repoussée au plus tard à la fin du mois de mars 2021, le PDS ne se prononce sur cette question qui écœure les autres partis de l’opposition ainsi que d’autres organisations de la société civile.

L’affaire du député Boughazelli pris en flagrant délit dans une affaire de trafic de faux billets de banque pollue aussi l’atmosphère sur la scène politique nationale. Tout le monde en profite pour mettre à nu le « banditisme » des tenants du pouvoir, pendant ce temps, le PDS ne prend aucune position sur cette affaire. Bizarre, non ! Et, si le PDS s’était rangé dans le camp de la mouvance présidentielle ?

La rédaction de Xibaaru