Le scandale des déchets médicaux…au Sénégal

Le journal L’Observateur dans un dossier de deux pages sonnent l’alerte sur les dangers des déchets médicaux dont la gestion est une catastrophe au Sénégal. Seringues, pansements infectés, cotons usagés…, des milliers de déchets médicaux atterrissent dans nos poubelles, sur nos plage. Vecteurs d’infections, ces déchets sont parfois très toxiques et aptes à transmettre des maladies d’une personne à une autre.
Dr Fallou Samb de l’Ordre des médecins prévient : «Ces déchets, si on les enfouit, cela peut contaminer la nappe phréatique. Si on les jette à la mer, c’est beaucoup plus dangereux, car cela risque de finir dans nos assiettes. Si on les brûle, la fumée toxique est nocive, car elle peut revenir sous forme de vapeur et infecter les sols et sous-sols.»
Louga : Le sang des malades s’échappe des évacuations des eaux usées
Dr Samb ajoute que la quantité moyenne de déchets dangereux biomédicaux par lit d’hospitalisation et par jour est de 0,5 kg dans les pays à revenu élevé et de 0,2 kg dans les pays à revenu faible. Au Sénégal, révèle-t-il, des millions d’injections sont pratiqués chaque année dans nos hôpitaux.
Saint Louis : Les placentas et membres amputés congelés puis enterrés
Au centre hospitalier Amadou Sakhir Mbaye de Louga, le sang des malades s’échappe parfois du système d’évacuation des eaux usées de l’hôpital  connecté à partir du réseau d’égoût de Louga. Ce qui peut à la longue contaminer la nappe phréatique, selon un spécialiste.  À l’hôpital de Saint Louis, les placentas et membres amputés sont congelés une semaine avant d’être enterrés.