Les Nations Unies contre une autorisation de sortie pour Habré

L’information est livrée par le Collectif des victimes de l’ex-homme fort de N’Djaména, ce 16 avril. Selon le collectif, les Nations Unies sont contre une permission accordée à Hissène Habré. Ses membres soutiennent que pendant que le juge d’application des peines examine la demande des avocats du condamné pour une autorisation de sortie de prison de six mois, quatre rapporteurs des Nations Unies ont rappelé au Sénégal leurs «plus graves préoccupations» quant à une éventuelle sortie de l’ex-dictateur du Tchad, rapportent nos confrères de Seneweb.

Pour ces victimes, l’intervention des rapporteurs, publiée pour la première fois le 8 juillet 2020, et rappelée aujourd’hui, avait exprimé leurs préoccupations quant à la libération temporaire de Habré en avril 2020, «en violation des normes internationales» et avait souligné qu’il était «essentiel» que Habré soit maintenu en détention, étant donné la gravité des crimes pour lesquels il a été condamné.

De plus, dans leur lettre au gouvernement du Sénégal, les rapporteurs sur la promotion de la vérité, de la justice, de la réparation et des garanties de non-répétition, sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, sur le droit à la santé et sur la torture, avaient exprimé leurs «plus graves préoccupations quant à la libération temporaire de l’ancien président du Tchad, M. Hissène Habré, dans le contexte de la pandémie Covid-19, sans justification apparente de santé publique, en violation des normes internationales concernant la responsabilité des violations flagrantes des Droits de l’homme. (…) Nous soulignons que le maintien en détention de M. Habré est essentiel pour lui permettre de répondre à des graves crimes qu’il a commis et pour garantir l’accès des victimes à la justice et à la réparation, tout en assurant l’intégrité physique du détenu».

Pour rappel, en décembre 2019, alors que les partisans de Habré insistaient pour qu’il soit remis en liberté, le Comité des Nations Unies contre la torture a écrit au gouvernement du Sénégal, pour souligner qu’une «libération prématurée d’auteurs des crimes internationaux les plus graves n’est pas conforme aux obligations [du Sénégal]» telles que définies par la Convention de l’Onu contre la torture dont l’obligation de réprimer les actes de torture et d’autres mauvais traitements par des peines prenant en compte la gravité de leur nature.

Ainsi, le rapporteur du comité a mis en garde contre le recours à «une mesure déguisée d’amnistie» et déclaré que «si, d’aventure, l’état de santé de Hissène Habré ne permettait pas le maintien en détention de celui-ci, il fallait que ce soit avéré».

L’ancien homme fort de N’Djaména, Hissène Habré, est sorti de prison du Cap Manuel, le lundi 6 avril 2020. Il lui a été accordé une permission de 2 mois, pour des raisons humanitaires, en cette période de coronavirus. Avant de regagner sa cellule à la prison du Cap Manuel de Dakar, le dimanche 7 juin 2020.

laissez un commentaire