L’Etat « confisque » la dépouille d’Ousmane Niantang Diatta et l’enterre nuitamment

La présence de l’aile dure du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc) à l’enterrement Ousmane Niantang Diatta, l’ex-chef rebelle, décédé dans la nuit du 12 au 13 septembre a fait sortir l’Etat du Sénégal de ses gongs.

Pour empêcher tout débordement dans le Sud avec le Mfdc et empêcher la participation de Salif Sadio aux obsèques, les autorités étatiques ont décidé de chambouler tout le programme qui avait été retenu. Peut-être pour des mesures de sécurité. Le quotidien  « L’Observateur » dans sa livraison du jour, rapporte que l’Etat a « confisqué » la dépouille de l’ex-chef de rebelle et l’enterrement a eu nuitamment hier-dimanche (15 septembre 2019), dans un mystère que personne ne peut expliquer pour l’heure.

Des proches du défunt se sont dits choqués par le fait que les autorités administratives les aient forcés à accepter un programme de funérailles et d’inhumation qui serait contraire à leur volonté.

Ousmane Niantang Diatta, ex-rebelle est natif du village de Tendouck (Bignona) et membre actif du maquis. Il était devenu par la suite, Ambassadeur de la paix. Ainsi, il ne cessait d’appeler ses frères d’arme à un cessez-le-feu, afin de contribuer au retour de la paix dans la zone sud.