L’insulteur Bara Ndiaye accusé de détournement chez lui à…Méouane

Gestion la commune de Méouane : Bara Ndiaye l’insulteur, arrosé

Voilà un individu vraiment nuisible pour la société, surgi de nulle part et qui se retrouve par inadvertance républicaine administrateur de la Maison de la presse qui se retrouve empêtré dans des problèmes pour des questions de distribution de riz au sein de la commune de Méouane dont il est le maire.

Bara Ndiaye est un individu anonyme surgi de nulle part. Il s’illustre pour se mettre une place au sein de la République en se montrant comme étant le béni-oui-oui de tous ceux qui se montrent comme étant les plus dégueulasses comploteurs contre la République et qui sont tapis au Palais.

Bara Ndiaye n’est qu’un laquais qui ne mérite son poste usurpé d’administrateur de la Maison de la presse qu’en se mettant au service de sales besognes, se permettant de s’attaquer à de personnalités comme la Présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE) Mme Aminata Touré ou des ministres tels Amadou Bâ ou Mouhamadou Makhtar Cissé. Au sein de toute une République normale, ce gus nommé Bara Ndiaye ne serait qu’un illustre inconnu. Voilà un larbin qui se croit un donneur de leçons.

C’est ce ténébreux personnage qui aujourd’hui, est accusé d’être mouillé à travers de scandales. Le ci-devant Bara Ndiaye, maire de la commune de Méouane se trouve empêtré à travers des scandales. Son premier adjoint au sein de cette commune, l’accuse de malversations.

Selon le premier adjoint de la commune de Méouane, un budget de 44 millions CFA avait été débloqué pour venir en aide aux populations locales impactées par la pandémie de la covid-19. Seulement, Bara Ndiaye qui se retrouve maire de Méouane par un autre accident de l’histoire n’aurait dépensé que 9 millions CFA pour acheter du riz en aide aux populations sur les 44 millions FCFA. Où sont passés les autres millions FCFA ? Wouh satièye (Au voleur), va-t-on crier ! ». Une bonne partie du Conseil municipal réclame des comptes à ce maire venu de nulle part, un « bandit » qui n’a qu’un passe-temps favori, insulter d’éminentes personnalités de la République.

La rédaction de Xibaaru