Ultimate magazine theme for WordPress.

Liste parallèle de Benno…Macky Sall ne peut rien empêcher

0

Macky Sall, président de la République et président de parti veut être l’Alpha et l’Oméga de la politique au Sénégal. Il veut être partout à la fois. Il est celui qui nomme aux emplois civils et militaires ; mais il veut aussi être celui qui choisit ceux qui vont être élus par les populations. Macky Sall se veut maitre de toutes les destinées des membres de son parti. Il vient de menacer ceux qui voudront prendre leur destin en main lors des élections locales du 23 janvier 2022.

Les menaces

A Kédougou, le président de la République a enfilé sa toge de politicien et président de la mouvance présidentielle pour menacer : « Je tiens à préciser, à l’endroit des responsables de mon parti, que nos investitures se feront dans le cadre de Benno Bokk Yakaar. Il faudrait que tout le monde sache qu’il ne saurait être question de faire autrement. Certains pourraient être tentés par l’idée de se mettre en rébellion pour aller chercher un récépissé d’un parti quelconque pour se faire investir. Mais il faut que ce soit clair, cela ne saurait être acceptable »

Le wax waxeet

Macky Sall n’est pas constant envers lui-même. Ce qu’il a dit à Kédougou est en totale contradiction avec ce qu’il disait en 2017 à la veille des élections législatives. En avril 2017, lors d’un séminaire de la coalition Benno Bokk Yakaar au King Fahd, le président Macky Sall déclarait ce qui suit : « Pour les Locales, nous avons pris la décision de laisser les candidats présenter librement leur liste, parce que les enjeux étaient locaux »…Mais aujourd’hui, pour les locales 2022, Macky Sall ne veut plus laisser les candidats présenter librement leur liste. Un wax waxeet flagrant

Macky n’est pas le maitre du jeu

Les menaces de Macky ne servent à rien. Macky peut ne pas accepter les listes parallèles de certains de ses partisans mais comment peut-il les empêcher ? Aucun pouvoir ne permet à Macky Sall de supprimer ou d’interdire des listes. Un politicien déçu de Benno Bokk Yakaar peut faire sa liste et la présenter…Et Macky ne pourra rien faire sauf simplement refuser les moyens de campagne aux politiciens récalcitrants. Peut-être les « peureux » et les politiciens irresponsables se plieront à la volonté du chef suprême de la République du Sénégal.

Le Chef de l’Etat continue de croire qu’il détient encore toutes les cartes en main comme Wade entre 2009 et 2012. Plusieurs politiciens qui avaient quitté Wade sont devenus maires. Et Wade n’a rien pu faire pour empêcher ces maires qui l’ont combattu à la présidentielle de 2012. Macky lui-même est l’exemple parfait. Il quitte Wade en 2008 et lors des élections locales du 22 mars 2009, son parti remporte toutes les localités de Fatick, son fief, la ville de Gossas et douze collectivités locales au Nord du pays et trois au Sud.

Encore une fois, Macky montre qu’il ne veut aucune émergence à l’intérieur de son parti APR et de la mouvance présidentielle. Et il va profiter des investitures pour les Locales pour tuer les ambitieux de son parti qui auraient des chances de conduire une liste aux Législatives avant de s’engager à la présidentielle…comme le fit feu Djibo Leyti Ka avec L’URD, Moustapha Niasse avec l’AFP et Macky Sall avec La coalition Dekkal Ngor devenu par la suite APR…

La rédaction de xibaarual

laissez un commentaire