Ultimate magazine theme for WordPress.

« Boy Djinné » humilie la justice…Malick Sall a encore échoué

0

« Boy Djinné » ce nom reste gravé dans la mémoire des sénégalais. De son vrai Baye Modou Fall, il a battu le record des évasions. Le « Michael Scofield » sénégalais a encore réussi une prouesse. Il s’est échappé pour la douzième fois. Une nouvelle évasion qui laisse beaucoup d’interrogation. Alors qu’il est devenu l’homme le plus recherché du pays, il a fait une sortie ce lundi pour justifier son acte. Mais cette sortie est un affront pour l’administration pénitentiaire et tout l’appareil judicaire de notre pays.

Baye Modou Fall alias « Boy Djinné » a battu le record du célèbre narcotrafiquant mexicain Joaquín Guzmán dit El Chapo. « L’As de l’évasion » au Sénégal a réussi l’impossible, il s’est évadé douze (12) fois de prison. Il s’est évadé de la prison de haute sécurité du Camp Pénal, dimanche dernier. Avant le Camp Pénal, il s’était évadé des commissariats de la Médina, des Parcelles Assainies et de Diourbel. Les évasions de celui qui avait emporté des dizaines de millions dans un magasin de la Sodida, n’ont rien de mystique. « Je n’ai aucun pouvoir mystique. Chaque fois que je me suis évadé, c’est parce que j’ai payé », avait-il dit au défunt Doyen des juges Samba Sall.

Evasion ou Distraction

S’il s’échappe c’est parce qu’il a une recette secrète que personne ne possède. Et cette nouvelle évasion de « Boy Djinné » fait poser énormément de questions. Et s’il y’a une chose que tout le monde voudrait savoir c’est par quels moyens il réussit à passer entre les mailles des filets. Où un homme qui est entre les liens de la détention, trouve-t-il de l’argent pour financer ses sorties ? Comment un soi-disant détenu en cavale a-t-il pu donner une interview à des journalistes ? Autant de questions qui taraudent dans l’esprit des sénégalais.

Sur les réseaux sociaux beaucoup d’internautes commencent à avancer la thèse du complot. Selon eux, le gouvernement veut étouffer le débat sur la criminalisation de l’homosexualité et l’achat du nouvel avion présidentiel. « Diversion, diversion restons concentré sur l’essentiel et l’utile », écrit un internaute sur Facebook.

« Diversion du gouvernement pour masquer l’achat d’une chaloupe et de l’avion, pas d’autres explications rationnelle digne d’un pays qui a des forces de l’ordre. Respecter l’intelligence des sénégalais et trop d’amateurisme dans leur façon de procéder », lit-on sur un autre post. Des publications qui posent le doute sur cette évasion. Une chose est sure il y’a anguille sous roche dans cette affaire qui n’a pas révélée tous ses secrets.

« Boy Djinné » ridiculise le système judiciaire

Plus audacieux que « Boy Djinné » tu meurs. L’homme le plus recherché du Sénégal est sorti de son silence après son évasion. Dans un audio partagé de la presse, Baye Modou Fall a attaqué le fonctionnement de la justice dont il se dit victime. Pis encore il a promis de se présenter au Tribunal dès que son affaire sera enrôlée. Décidément il a du toupet notre « Michael Scofield » national.

Quoi qu’on puisse, « Boy Djinné » a ridiculisé l’administration pénitentiaire. Il a révélé les failles qu’il y’a dans le système carcéral sénégalais qu’on le veuille ou non. L’homme qui a réussi à s’évader douze (12) fois, a osé défier tout l’appareil judiciaire, juste pour la tenue de son procès. Une véritable honte pour notre système judiciaire qui se laisse mener en bateau par un détenu devenu maintenant un « héros » aux yeux de certains affidés. Un nouvel échec du Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Malick Sall qui est charge de ce département.

Cette nouvelle évasion de « Boy Djinné » met à nu les carences dans le système judiciaire et carcéral du Sénégal dirigé par Me Malick Sall. Le ministre de la justice et son collègue de l’Intérieur sont invités à prendre toutes les dispositions nécessaires pour que de tels pratiques ne se reproduisent à l’avenir. Et la population a le droit de savoir si l’évasion de Baye Modou Fall est-il monté de tout pièce pour noyer les questions brulantes de l’heure. Car il est impossible de disparaitre des radars sans laisser de traces dans un ville truffée de caméras de surveillance, comme Dakar.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Laisser un commentaire