Ultimate magazine theme for WordPress.

Locales 2022…élections de la dernière chance pour l’opposition

0

Le compte à rebours est lancé pour les prochaines échéances électorales. Au Sénégal, les élections locales ont été fixées au 23 janvier 2022 par le Président Macky Sall. Une date que l’opposition conteste avec la dernière énergie. Ces prochaines joutes seront d’un enjeu capital pour cette opposition sans leader qui peine à s’unir. Perdre serait la pire chose qui pourrait arriver aux opposants sénégalais. Car ils vont ouvrir la voie au Chef de l’Etat qui aura la latitude de dérouler comme bon lui semble…

Repoussée trois (3) fois de suite, la date des prochaines élections locales est connue au Sénégal. Les électeurs vont bientôt pouvoir élire leurs conseillers municipaux et départementaux. Les élections qui devaient se tenir en fin mars 2021 vont finalement se dérouler le dimanche 23 janvier 2022. La décision a été prise par le Président Macky Sall, le 10 mai dernier alors que les partis présents au dialogue politique étaient incapables de s’accorder sur une date.

Même si le Front de Résistance National (FRN) ne s’est pas encore prononcé, Cette décision prise par le Président Macky Sall ne fait pas l’unanimité chez les opposants. Le Parti Démocratique Sénégalais y voit un prétexte pour repousser les prochaines élections législatives. « Nous déplorons le fait que le Président Macky Sall persiste dans sa gestion unilatérale du processus électoral qui devrait être concerté avec l’ensemble des acteurs politiques. Il est dans une logique de trouver un prétexte pour reporter les Législatives de 2022. Macky est tout le temps dans les manœuvres politiciennes et le dilatoire », a déclaré Cheikh Dieng, chargé des élections au PDS.

Une opposition sans leader…

A l’approche des prochaines échéances l’opposition, réduite à sa plus petite expression par le Président de la République, est sans leader. Idrissa Seck, était pressenti à ce poste. Mais depuis que l’ancien maire de Thiès a rejoint la mouvance présidentielle, l’opposition, sous le coup de la trahison, peine à se rassembler. Arrivé deuxième à la dernière présidentielle, Idrissa Seck qui devait être le leader de l’opposition, a trahi ces camarades. Il a tout abandonné pour le poste de président du Conseil Economique Social et Environnemental (CESE).

Ousmane Sonko devait être leur second espoir mais là aussi, ils n’ont pas misé sur le bon cheval. Déjà que le leader de Pastef-Les Patriotes était contesté pour ses violences verbales, il vient de se faire engloutir par l’affaire « Sweet Beauty ». Accusé de viols présumés, le député n’est plus crédible après ses accusations et surtout après les violentes manifestations qui ont coutées la vie à douze (12) personnes.

L’opposition joue sa dernière carte…

L’opposition joue sa dernière carte. Les élections locales prévues le 23 janvier 2022 représentent la dernière chance pour l’opposition. Si elle se fait battre par la mouvance présidentielle, cela prouve qu’elle est de plus en plus faible. Gagner ses joutes électorales est une sur-priorité et perdre ouvre la voie à Macky Sall pour un troisième mandat. En effet, le Chef de l’Etat sera l’homme le plus puissant sans une opposition pour lui barrer la route.

Les prochaines élections locales seront déterminantes pour l’opposition. Si les opposants ne réussissent pas à se hisser en haut du podium, ils ouvrent la voie à Macky Sall qui sera président à vie. Ils doivent s’unir ou disparaitre.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Laisser un commentaire