Ultimate magazine theme for WordPress.

Macky accueille les transhumants, Yewwi embauche les frustrés de la République

1

Yewwi Askan Wi fait (déjà) pire que Benno Bokk Yakaar

L’argent est le nerf de la guerre, dit-on. Mais en politique, la réalité est toute autre. La force des partis et coalition réside dans leur manière de réunir des personnes autour d’un même idéal. En ce sens, des alliances naissent de tout part. Certains vont même jusqu’à pactiser avec leurs pires ennemis. Dans leur volonté de bouter le régime de Macky Sall hors du pouvoir, de grands noms de l’opposition se sont réunis au sein de la coalition Yewwi Askan Wi. A la veille des élections législatives du 31 juillet 2022, cette coalition est en train de démontrer qu’elle ne vaut pas mieux que Benno Bokk Yakaar.

Yewwi Askan Wi (YAW) devait être une coalition de rupture. Les leaders qui constituent cette alliance ont prôné un nouveau système pour développer le pays. D’ailleurs c’est ce qui a séduit beaucoup de sénégalais, notamment les jeunes. Hélas, l’on risque d’être surpris une fois que YAW sera aux commandes. Cette coalition qui a de bons profils pour redonner un nouveau souffle à notre pays, se noie dans une ivresse politique hors norme. Les leaders de cette coalition doivent savoir qu’on ne peut vouloir une chose et son contraire.

En effet, Yewwi peint Benno Bokk Yakaar sous ses habits les plus sombres. A deux ans de la fin du second mandat de Macky Sall, Khalifa Sall et Cie jugent la gestion du président comme étant catastrophique, partisane et clanique. Et sa machine politique est devenue le refuge de transhumants venus de tout bord. Même des maires de Yewwi ont rejoint la prairie beige-marron. Un très mauvais exemple pour celui qui prônait une gestion sobre et vertueuse. Mais Yewwi fait déjà pire que les républicains.

Des maires élus sous la bannière de cette coalition peinent à gérer leur commune, comme il le faudrait. D’autres ont déjà commencé à donner du travail aux personnes qui gravitent autour d’eux. Mais à quelques mois des législatives, Yewwi entache son image. Si Benno est le refuge des transhumants, Yewwi est le nouveau refuge des frustrés de la République. Toutes les personnes qui passaient leur temps à faire la grande gueule sur les plateaux de télés sont devenus membres de cette coalition. Désormais, elles veulent toutes devenir député. Dame Mbodj est la dernière recrue de YAW en perspective des élections du 31 juillet.

Un très mauvais exemple pour une coalition qui ambitionne de changer de système. Des personnes comme Dame Mbodj ou Guy Marius Sagna se sont cachés derrière l’activisme pour arriver à leurs fins. Au lieu de révéler leur véritable nature aux sénégalais, ils ont agi en politiciens encagoulés, comme disent certains, pour gagner la sympathie des sénégalais. Et cette liste de politiciens dans l’ombre est loin d’être exhaustive. Dans les jours à venir des journalistes, activistes, religieux vont tous rejoindre la meute comme des moutons de panurge.

Si cette bande de profiteurs s’agite autour de Yewwi, c’est parce qu’ils savent que cette coalition à toutes les chances de diriger le pays en 2024. Alors chacun voudrait sa part du gâteau. Car faut le dire pour le déplorer, au Sénégal, la politique est le chemin le plus rapide pour devenir milliardaire. Au-delà des contentieux personnels, on comprend aisément pourquoi le PUR s’oppose à l’adhésion de Cheikh Abdou Bara Dolly. Désormais Khalifa Sall et Cie doivent faire face à leur responsabilité.

Le changement qu’ils prônent commence dès à présent. Si Yewwi veut faire long feu, la coalition doit se départir de toutes les pratiques qui rappellent les anciens systèmes. Cela commence par le choix des personnes qui composent YAW. On ne peut pas combattre des voleurs et détourneurs et se permettre d’accepter des violeurs, trafiquant de passeport ou un capitaine de gendarmerie qui a trahi toute une République. C’est un paradoxe que les sénégalais ne peuvent accepter.

Les personnes qui composent Yewwi Askan Wi n’ont pas encore la sociologie politique de la gouvernance. Les doyens de la coalition doivent initier les jeunes aux rouages de la politique avant qu’ils n’arrivent au pouvoir. Ou alors cette coalition fera pire Benno Bokk Yakaar.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (1)