Ultimate magazine theme for WordPress.

Magal de Touba…Les 4 défis à relever…Par Serigne Mountakha

Le Khalife Général des Mourides...
0

Magal de Touba : Les mauvais points que le Khalife et les autorités doivent rectifier avant 2022

Touba a vibré au rythme du grand Magal ce dimanche 27 septembre 2021. Cette nouvelle édition s’est déroulée dans un contexte particulier de pandémie de Covid-19. Et s’est déroulée dans d’assez bonnes conditions. Mais il reste beaucoup de points à améliorer pour rendre meilleures les conditions de séjour des pèlerins et des habitants de la cité religieuse. Les autorités doivent faire de ses problèmes, leur cheval de bataille.

Clap de fin de la 127eme édition du Grand Magal de Touba. Les Talibés Mouride ont répondu à l’appel de Bamba. La cité religieuse était remplie par une marée humaine. Circuler était devenu chose impossible. Il fallait y arriver par la force des biceps à certains endroits. La foi Mouride est plus forte que la pandémie et cela cette communauté l’a démontrée. Mais aussi belle puisqu’être cette victoire, il y a ces quatre (4) tâches noires que le Khalife Général des mourides doit effacer.

Plan d’entrée à Touba

Touba n’est plus cette petite ville d’antan. Désormais c’est une grande puissance économique. Deuxième ville la plus peuplée du Sénégal, elle fait face à un problème d’espace. Durant le Grand Magal, un nombre important de pèlerins a convergé vers ce haut lieu de la Mouridiya. Cet afflux massif fait que toutes les entrées de la ville sont bouchées. Lors de cette 127eme édition, des personnes ont passé plus de huit (8) heures de temps sur les routes. Ce, parce que leur leurs véhicules n’arrivaient pas à pénétrer dans la ville. Un véritable désastre qui a comme conséquences la cherté des transports.

Problème d’eau

L’eau est devenue un véritable luxe dans beaucoup de régions. Et Touba ne fait pas exception à la règle. Malgré les promesses, des problèmes d’eau ont été notés dans beaucoup de quartiers comme Darou Khoudoss ou Mbacké. Comme l’annonçait Xibaaru dans ses précédents articles, les populations étaient obligées de se rabattre sur les camions citernes et charrettes. Mais pour bénéficier de ses services, il fallait casser sa tirelire. Et tout le monde n’avait pas la chance d’en bénéficier. Les moins chanceux devaient garder leur mal en patience. Un véritable casse-tête, surtout en pleine pandémie.

Plan de circulation

Circuler aux alentours de la grande mosquée de Touba en période de Magal est un parcours du combattant. Le plan de circulation mis sur pied n’est pas des meilleurs. Voitures et personnes se partagent les routes qui mènent à ce lieu de culte. Les checkpoints de la Police compliquent davantage les choses. Les véhicules n’ayant pas de laisser-passer sont détournés. Et ceux qui en disposent peinent à atteindre leur destination finale. Ce, parce que les usagers de la route, les piétons et les marchands ambulants rendent la circulation moins fluide.

Inondations

Après les grands travaux entrepris dans la ville sainte, la population espérait ne plus revoir les inondations. Mais hélas, les choses ne se sont pas passées comme prévu pendant ce Magal 2021. Beaucoup de quartiers sont toujours piégés dans les eaux. Et pourtant des milliards avaient été dépensés pour ses travaux. Malheureusement le problème demeure toujours. Et ce décor a plombé la fête dans certaines zones. Heureusement la grande Mosquée était là pour « sauver » cette journée d’une portée historique. Tout le monde convergeait vers « diouma dji » (la grande mosquée).

Ces problèmes sont des choses que les autorités doivent régler avant le Magal de l’année prochaine. Le Khalife Serigne Mountakha Mbacké Bassirou devrait instruire ses disciples, mais aussi suggérer à l’Etat, de trouver les solutions pour remédier à cette situation. Ce parce que ces problèmes risquent de s’aggraver de jour en jour car Touba est une ville en pleine expansion.

Aliou Niakaar Ngom depuis Touba pour Xibaaru

laissez un commentaire