Mort de Jacques Chirac : voici son unique petit-fils

Il est l’unique petit-fils de l’ancien Président Jacques Chirac, qui est décédé ce jeudi 26 septembre à l’âge de 86 ans, avec qui il partageait la passion de l’art. Voici son portrait.

Lorsqu’il naît le 22 mars 1996, son illustre grand-père Jacques Chirac est à la tête de la France depuis tout juste un an. Et ce dernier est fier. Fier de compter enfin un homme dans une famille presque exclusivement féminine. Grand-père à 63 ans de ce petit Martin, quel merveilleux cadeau ! Et c’est à Claude, sa fille cadette et son compagnon, l’ancien judoka et champion olympique Thierry Rey que Chirac le doit.

L’histoire veut qu’il apprenne l’heureuse nouvelle au moment de décorer une de ses collaboratrices dans les salons de l’Élysée. Au journaliste Christophe Barbier présent également, le chef de l’Etat aurait même dit : « Pour une fois, je vais vous apprendre une chose que j’ai su avant vous, je suis grand-père! » Trois mois à peine après cette naissance, Thierry Rey et Claude Chirac se séparent. Mais Martin sera d’autant plus choyé. Surtout par son aïeul qui n’hésite pas à apparaître en une de Paris Match en train de pousser son landau pendant ses vacances présidentielles au Fort de Brégançon, dans le Var. Puis quelques années plus tard, en train de jouer avec lui sur la plage.

Car entre Martin et Jacques – comme il appelle son grand-père -, c’est une véritable histoire d’amour. Un attachement viscéral qui conduit même l’ancien Président à dédier à son petit-fils ses Mémoires parues en 2011. Dès l’enfance, Chirac lui fait partager sa passion pour l’art et lui fait découvrir très tôt le musée Guimet, dédié aux arts asiatiques où lui-même se rendait enfant. « C’était leur moment à eux, leur jardin intime », confiera récemment Claude à nos confrères de Gala.

Au fil des ans s’instaure aussi leur petit rituel : chaque dimanche Chirac et Martin déjeunent ensemble dans les meilleurs restaurants de la capitale. Histoire d’initier le palais du petit à la bonne chère. Le Président l’emmène parfois avec lui sur le terrain. Comme cette fois où à Bayonne l’enfant, fan de jujitsu (mélange de boxe, judo et karaté) qu’il pratique, découvre comme son papy le travail des forces spéciales d’intervention, dévoilant par la même occasion pour la première fois son visage aux photographes…

Proche de son grand-père, Martin l’est aussi de sa grand-mère qu’il appelle Bernie. Une femme bienveillante qui ferait n’importe quoi pour celui qui la trouve « un peu snob ». Elle s’en était d’ailleurs ouvert dans les colonnes de Paris Match en 2010 : « S’il me demandait de monter sur le dos d’un dragon pour affronter un dinosaure, je le ferais » Pour lui, l’ex-Première Dame rêve de grandes écoles et d’études prestigieuses. C’était sans compter le carnet de notes moyen, juste ce qu’il faut, de son petit-fils, fan de peinture, de photographie ou de sculpture. Comme Jacques.