Municipales France : le redoutable adversaire de ce maire est son…fils

Joël Wilmotte, maire sortant d’Hautmont, dans le Nord, et son fils Stéphane, qui l’avait remplacé en 2015, seront opposés lors des municipales 2020, dans cette commune de 15.000 habitants

Un père, un fils : quel maire ?* Au moins, on ne pourra pas reprocher aux Wilmotte de se transmettre le pouvoir telle une dynastie de la Sambre. Alors que Joël Wilmotte, 71 ans, brigue un sixième mandat à Hautmont, dans le Nord, il fait face à la candidature de son fils, Stéphane Wilmotte, 44 ans.

Longtemps conseiller municipal, ce dernier a même été maire, en 2015 et 2016, lorsqu’il a remplacé son père, inéligible pour un an, à la suite d’une décision du tribunal administratif de Lille. La transition s’est achevée sur sa démission, suivie d’une période tendue avec, notamment, la radiation des listes électorales du fils et de la belle-fille. Ambiance…

Un premier tract paternel violent

« On s’attend à une petite guéguerre », glissait, il y a quelques jours, Jean-Pierre, un commerçant de cette ville de 15.000 habitants. Bien vu. L’« acte de candidature » du maire élu depuis 1989, distribué le week-end dernier, propose un court bilan et une longue diatribe contre sa progéniture. « Un fils (voulant) détruire le travail du père, écrit-il. Un exilé hautmontois (profitant) de son nom pour mieux tromper (les électeurs). »

Joint par téléphone, Joël Wilmotte n’est pas plus tendre : « Je lui ai demandé de venir en roue de secours, ç’a été une erreur. Il a été incapable d »assurer pendant ma période d’inéligibilité ». Pour l’actuel maire, la candidature de « Monsieur Stéphane Wilmotte » – comme il le nomme – a « quelque chose d’indigne » et de « totalement incohérent avec sa situation personnelle. »

Le fils, cadre dirigeant dans les ressources humaines, fait profil bas. « Je n’ai qu’un père, je le respecte. Je ne ferai aucune déclaration à la presse nationale », nous a-t-il fait savoir. Même sobriété sur les réseaux sociaux. « Notre ville mérite une campagne digne », y explique Stéphane Wilmotte. Dans son dernier tract, le quadra évoque même un père qui lui « a transmis cette passion ». Deux générations, deux écoles de communication.

« Il va éviter le conflit jusqu’à la fin »

Sur le fond, les deux hommes vont également se différencier. Au cœur de la discorde, la communauté d’agglomération. Le père y est farouchement opposé. Le fils a déjà loué son importance dans les tracts qu’il distribue lors de sa campagne de proximité.

« La campagne de terrain de Stéphane Wilmotte est juste et bonne. Il a des valeurs humaines, même si nous ne portons pas les mêmes idées politiques, lâche Claude Bourgeois, ex-conseiller de l’opposition. Il va éviter le conflit jusqu’à la fin. »

*Une troisième liste déclarée est menée par le conseiller d’opposition Antony Larroque.