Nicolas Bassene parle du « nul économique sénégalais »

Des indépendances à nos jours, le Sénégal connait une stabilité politique lui conférant une place enviée en matière de démocratie en Afrique. A côté de cette performance démocratique justifiée, ce pays traine une « malédiction » l’éloignant du quinté de tête des économies les plus compétitives de l’Afrique. Sommes-nous d’accord que les stabilités politiques et sociales sont substantielles au développement d’un pays ? Unanimement aussi, nous reconnaissons que le Sénégal a une culture de grands leaders politiciens et de grands hommes d’affaires. Partant de là, qu’est-ce qui expliquerait donc ce retard économique enregistrait?

Au moment des indépendances en 1960, le Sénégal était le pays le plus industrialisé d’Afrique noire francophone donc il avait des prédispositions pour jouer les premiers rôles. Après 60 années, ce noble héritage s’est évaporé considérablement au point de perdre cette place de leader. Pour comprendre se « relâchement », il faut interroger plusieurs facteurs. Cependant, le facteur politique semble nous intéresser plus car c’est de lui que surviennent les grandes réformes structurelles créatrices d’une réussite économique.

En effet, de Senghor à Sall, nous avons copié le modèle occidental alors que ce modèle n’est pas adéquat à nos réalités politiques, sociales et économiques. On nous impose une politique qui ne développe rien et on nous endette.

Certes l’endettement en tant que telle est idéal si les ressources mobilisées sont bien allouées, mais cet endettement, malheureusement, semblerait enrichir une classe privilégiée tout en appauvrissant une population asservie. Chaque régime a ses « riches » qu’il conçoit, fabrique et crée de toute pièces, des milliardaires qui avant leur accession au pouvoir ne pouvait pas se payer un petit déjeuner.

Des indépendances à nos jours, c’est pareil, des ajustements structurelles ou des réformes structurelles à n’en pas finir. Pourtant le but d’un ajustement structurel est de relancer la croissance économique et de rétablir l’équilibre financier. Si depuis les indépendances nous faisons face aux mêmes problèmes, il faut revoir la manière de faire car ça ne marche pas. Ces ajustements semblent inadéquats au contexte local du moment.

En 1979 déjà, le premier Plan de stabilisation a été mis et avait pour but d’augmenter les recettes de l’Etat en suspendant les taxes à l’exportation sauf l’arachide et les phosphates.

En 1980, un autre Plan celui du développement économique et social est conçu par la Banque Mondiale et le FMI pour assainir les finances publiques. Ayant montré leur limite, un  autre est bombardé, le Plan d’ajustement économique et financier à moyen et long terme avec la création de la Nouvelle Politique Agricole (NPA) pour responsabiliser les paysans et la Nouvelle Politique Industrielle (NPI) pour la redynamisation du secteur secondaire. Même procédé même résultat, en 2014, le Plan Sénégal Emergent (PSE) cristallise tous les espoirs pour faire décoller enfin l’économie du pays et nous sortir de la pauvreté. Ce plan s’articule autour de trois axes majeurs : transformation structurelle de l’économie et croissance, capital humain, protection sociale et développement durable, gouvernance, institution, paix et sécurité. Ce PSE après des années d’opérationnalité ne semble pas répondre comme le prévoyaient les prévisions et avec la situation de Covid 19 tout est bien pour ne pas atteindre l’objectif. Des indépendances à nos jours que de plans pour relever un Sénégal alité qui refuse de quitter son lit. A chaque plan conçu, nous retombons dans le piège de l’endettement qui nous étrangle à nouveau.

Au-delà  des plans, il faut une véritable manifestation politique résolument tournée vers le développement loin des calculs de positionnement ou de réélection.  Pour cela, nos dirigeants doivent cesser de copier-coller des plans venant d’ailleurs et s’attaquer réellement aux réalités bien sénégalaises. Cela le Rwanda l’a compris et d’autres Etats africains ce qui explique leur fulgurance ascension. Il nous faut une démocratie à la sénégalaise et un développement à la sénégalaise également. « Penser global, agir local » voilà le véritable challenge de nos gouvernants pour développer le Sénégal. Vous pouvez le faire encore faudrait-il une réelle volonté politique orientée sérieusement développement.

 

Nicolas Silandibithe BASSENE