Mamadou Lamine Diallo : « Le Magal, fête de la libération »

Il devient de plus en plus évident que le Magal est bien vécu comme la libération du peuple de la domination coloniale. Après la bataille de Sambasadio en 1875 et le retrait des troupes de Amadou Cheikhou, l’Islam résistant a changé de stratégie. D’une certaine façon, le retour du Gabon  de Serigne Touba est une victoire du mouvement de résistance. Le Magal est bien une fête de la libération qui marque le départ en exil de Cheikh Ahmadou Bamba.

Des estimations ont été faites sur son impact économique fondées sur une mesure de la consommation.  Nous devons être en mesure de situer et d’encourager l’apport en devises du Magal dans l’économie, somme toute, le pèlerinage à la Mecque  rapporte quelques milliards de dollars à l’Arabie Saoudite,

Ma proposition de faire du Magal une fête africaine prend tout son sens. L’Union Africaine doit pouvoir accepter une telle proposition que défendraient le Sénégal et le Gabon par exemple. Alors les Africains pourraient venir fêter notre libération au Sénégal et à Touba.
Libération d’abord des esprits du complexe colonial pour lancer la libération socioéconomique. L’ouvrage Massalikul Jinaan en indique le chemin.

Alors Bon Magal et que Vive Serigne Touba.

Mamadou Lamine Diallo

Président du mouvement Tekki