Oumou Wane : « Macky, le meilleur communicant de Macky ! »

Il aura fallu cette crise dramatique de la nation et ces violentes manifestations de la jeunesse pour que le grand communicant Macky Sall se révèle à lui-même.

D‘abord le 8 mars dernier, notre président s’était adressé à son peuple avec une certaine dose d’humilité, de proximité et d’écoute, en trouvant les mots qu’il fallait pour annoncer les remèdes contre les maux d’une société en prise au doute et au désarroi. Un ton, moins convenu et ampoulé que ses ministres, lui a permis de renouer le dialogue avec la jeunesse, dans un souci de cohésion et avec un fil rouge : faire baisser la tension.

Personne ne l’avait vu venir. La crise de confiance de la jeunesse envers notre démocratie a obligé le président de la république à sortir de sa réserve habituelle, à prendre en main et bouleverser sa propre communication et à jouer selon les règles du face à face et en toute franchise. Et surprise des surprises, l’ancien ingénieur, taiseux et pragmatique, s’est révélé en père de la nation empathique, bienveillant et compréhensif.

Le Macky Nouveau est arrivé. Je n’ose pas encore dire le Macky 3… Suis peut-être trop en avance sur le futur ! Comme disait l’autre, je suis tellement en avance que le futur derrière moi !

Je tiens de je ne sais où que « l’important n’est pas ce que l’on dit aux gens mais comment les gens comprennent ce qu’on essaie de dire ». Et Macky Sall, contre tous les conseillers qui travaillent dans les coulisses du pouvoir en élaborant ses éléments de langage et son image médiatique, a réussi à se faire comprendre au-delà de l’apparence et peut-être des fausses évidences. Macky Sall semble désormais sincèrement plus incliné à faire des concessions mais aussi à accepter la complexité du monde.

En effet, dans son discours à la nation du 3 avril de célébration du 61ème anniversaire de l’indépendance de notre pays, il m’a semblé voir et entendre un président enfin heureux au-delà de la formule : « Je suis heureux de m’adresser à vous… à chacune et à chacun de vous, j’adresse mes chaleureuses félicitations…»

Bien sûr, tout a été passé en revue, la bataille pas encore gagnée de la Covid, la sécurité et la quiétude de tous ceux qui vivent à l’intérieur de nos frontières, le vivre ensemble hérité de nos anciens, et que nous devons transmettre à nos enfants et aux générations futures…  L‘unité de la nation, l’État de droit et la République. Tellement de choses dans ce discours et cette énumération des réalisations de l’homme du détail et de la construction.

Mais il y avait quelque chose en plus, quelque chose de neuf. « Plus que jamais, je reste à l’écoute des pulsions profondes du pays ; à l’écoute du Sénégal des villes, des banlieues et des campagnes », avons-nous pu entendre, et nous y avons cru !

« La fête de l’indépendance, c’est aussi et surtout celle de la jeunesse, dont l’ambition, la force et la vitalité portent nos espoirs de lendemains meilleurs. Je veux qu’elle soit le point de départ de nouvelles réponses à vos besoins en éducation, formation, emplois, financement de projets et soutien à l’entreprenariat… » Puis des chiffres, des milliards de chiffres… à en perdre la tête. Évidemment, « le 4 avril fait l’éloge de notre liberté retrouvée. Il nous rappelle aussi notre responsabilité de peuple libre… »

Au-delà des conventions et des traditionnels hommages aux Forces de défense et de sécurité, il m’a semblé que le Président de la République a compris ! Compris que le peuple sénégalais a mûri et que la nation convalescente de la Covid et des crises sociales successives attend d’autres réponses et une nouvelle attention.

« La lutte contre le chômage des jeunes nécessite un nouvel élan. J’ai décidé d’une réorientation des allocations budgétaires, à hauteur de 450 milliards de francs CFA au moins, sur trois ans, dont 150 milliards pour cette année. Ces ressources serviront à financer le programme d’urgence pour l’emploi et l’insertion socio-économique des jeunes ; un guichet unique sera installé dans chacun de nos 45 départements. Dénommé Pôle emploi et entrepreneuriat pour les jeunes et les femmes, ce guichet servira de cadre d’accueil, de conseil et de financement des porteurs de projets. J’ai décidé d’allouer dès le mois de mai 80 milliards de francs CFA au recrutement de 65 000 jeunes. »

Certes, mais le président Macky Sall a encore une forte dette sociale envers les plus pauvres et les plus jeunes du pays. Il en a déjà fait tant et tant, mais maintenant il faut faire le reste. Tout le reste qui n’en finit pas. Montrer qu’un autre Sénégal est vraiment possible et faisable sous son magistère.

Avec l’acte II de son quinquennat, le chef de l’État Macky Sall doit changer d’approche dans la conduite de son programme de réformes. Derrière le rideau de fumée de la communication gouvernementale, Macky doit ajuster son nouveau costume. Une séquence réussie en termes d’image et de stature présidentielle, ne suffira pas ! « Horizontal », « vertical », le président doit trouver l’équilibre et se rapprocher des Sénégalais en réformant sa communication. Les jeunes l’ont élu, l’aiment et il leur manque ! La nature ayant peur du vide, ils se défoulent et se laissent embrigader. Où est le Macky qui les faisait réver, qui jouait au foot avec eux et savait les comprendre ?

Grand communicant sans le savoir, notre président doit marquer une véritable rupture dans son occupation de l’espace médiatique. Il doit l’occuper sans aucun doute, mais pour d’autres raisons.

Oumou Wane

laissez un commentaire