Ousmane Sonko : Sa candidature à l’élection présidentielle était illégale

La candidature de Ousmane Sonko lors de la dernière élection présidentielle était illégale. Le leader du Pastef aime tirer à boulets rouges sur tout ce qu’entreprend l’Etat. Pour lui, c’est toute l’administration sénégalaise qui doit disparaître. Ousmane Sonko est d’une rancune tenace. Parce que, en tant qu’agent de la fonction publique, il a été radié pour avoir violé les règles de conduite en divulguant des secrets professionnels, Ousmane Sonko s’en prend à tout le monde. Il se comporte en donneur de leçons, voulant se faire passer comme une sainte nitouche, alors que lui-même se comporte différemment.

A propos de lui, Synergie républicaine que Mohamed M. Diagne réclame de l’Assemblée nationale qu’elle légifère « pour éviter que le pouvoir ne tombe entre les mains d’agents de l’Etat véreux qui n’hésiteront pas á exposer dangereusement notre pays. La loi ne devra plus permettre á un fonctionnaire radié pour faute grave ou faute lourde commise en parfaite connaissance de cause de se présenter á une élection présidentielle ». Pour Synergie républicaine, il « est paradoxal que l’on permette, par le truchement de la politique à un fonctionnaire radié pour faute grave ou faute lourde de se présenter à une élection présidentielle et en cas de victoire d’être le patron de la fonction publique du pays. »

Mohamed M. Diagne et ses compagnons s’interrogent : « Où se trouvent la morale, l’éthique et la déontologie d’un candidat à la magistrature suprême, qui pour des intérêts personnels n’a pas hésité à rompre l’engament qui le lie á son employeur, l’Etat, pour utiliser des secrets professionnels aux fins de promotion de son parti ? » Pour tout dire, la candidature de Ousmane Sonko à la dernière élection présidentielle devait être rejetée. N’est-ce pas lui qui continue à jeter le discrédit sur l’administration qu’il accuse dans l’affaire des 94 milliards de FCFA, alors que lui-même s’y trouve mêlé au centre. Dès qu’il a senti l’étau se serrer autour de lui sur cette affaire, Ousmane Sonko tente de sortir une autre sur un accord signé avec une société turque sur l’exploitation du fer de la Falémé. La manœuvre était tellement cousue de fil blanc, qu’il n’a pas été suivi dans cette affaire par l’opinion. L’effet qu’il escomptait ne s’est jamais produit. Toute l’opinion pense à autre chose, plutôt que de s’attarder sur cette dernière affaire, préférant qu’il éclaire la lanterne à tous sur son implication dans cette affaire des 94 milliards de FCFA.