Présidentielle en Guinée-Bissau ce dimanche

760 000 électeurs inscrits sont appelés aux urnes pour l’élection présidentielle. Douze candidats sont en lice. Parmi eux : le président sortant José Mario Vaz (en tant qu’indépendant), le candidat du PAIGC (parti historique et vainqueur des dernières législatives), Domingos Simoes Pereira, ou encore Umaro Sissoko Embalo pour le Madem, principal parti d’opposition au Parlement. Les bureaux seront ouverts de 7h à 17h (TU et locales). Un scrutin sensé tourner la page des crises politiques. ’enjeu majeur de cette élection, c’est donc d’abord la stabilité, même si la dernière crise en date – le limogeage du Premier ministre par le président fin octobre – a laissé planer le doute sur la tenue même du scrutin. La Cédéao, médiatrice, avait alors parlé de « risque de guerre civile ». La communauté internationale a fait bloc.

La campagne électorale a été assez tendue. Pour Maurice Paulin Toupane, chercheur à l’Institut d’études et de sécurité, ces tensions sont liées au fait que de nombreux acteurs de la crise de 2015 sont en compétition ce dimanche. « Il y a un antagonisme profond entre les trois principaux acteurs (Vaz, Pereira, Embalo). Le succès de l’élection va déterminer leur avenir politique. Les risques de poursuites judiciaires pèsent sur la tête de ces principaux acteurs s’ils perdent l’élection. »