Ultimate magazine theme for WordPress.

La presse française crée l’opposant « parfait » pour Macky

2

Désormais tous les yeux sont rivés sur les prochaines élections locales prévues le 23 janvier 2022. A un mois de ces joutes électorales, c’est le branle-bas de combat dans les différents états-majors des partis et coalitions. Et tous veulent marquer leurs territoires avant la présidentielle de 2024. Mais la presse française est déjà en train de jouer le film de la présidentielle. Les principaux acteurs de ce film ont déjà été déterminés de manière indirecte. Deux profils seront au cœur de cette bataille pour le Palais.

Le président Macky Sall et Khalifa Sall étaient au cœur de l’actualité le mercredi et jeudi. Ils ont été les invités de la RFI et de France 24. Les deux leaders ont passés en revue l’actualité nationale et internationale avec nos confrères français. Au cœur de leurs discussions, l’élection présidentielle prévue en 2024 et la violence qui a commencé à s’inviter dans l’arène politique. Ils ont tous tenu des discours opposés. Mais la question qui taraude l’esprit des sénégalais est de savoir pourquoi Khalifa et pas Ousmane Sonko ?

Le leader de Takhawou Senegaal s’était fait discret depuis sa sortie de prison fin septembre 2019. Une situation qui a propulsée Ousmane Sonko à la tête de l’opposition. Cela n’aurait pas pu se produire si Idrissa Seck n’avait pas trahi ces camarades. Avec cette interview, l’ancien maire de Dakar, condamné pour escroquerie sur les deniers publics, semble revenir sur le devant de la scène politique sénégalaise. Le fait que la presse française l’est choisi au détriment du leader de Pastef prouve que Khaf est sur la voie d’être le principal adversaire de Macky en 2024.

« Je serai candidat à la présidentielle de 2024 », cette réponse prouve à suffisance que Khalifa Sall veut briguer le fauteuil présidentiel tout comme Ousmane Sonko. Le choc d’ambition entre les deux hommes les poussera inéluctablement à un face à face. Et dans ce cas de figure, le leader de Takhawou Senegaal a toutes les chances d’être choisi. Ce parce que celui de Pastef est étiqueté comme étant un homme violent.

D’ailleurs, cela pourrait expliquer le fait que la presse française ait zappé Ousmane Sonko. Le leader de Pastef est tenu comme responsable du saccage des intérêts français au Sénégal. En effet, lors des émeutes du mois de mars, beaucoup de stations Total et des magasins Auchan ont été vandalisés. Si le député accusé de viol n’avait pas un discours anti-français peut-être que cela pouvait faire en sorte que ces saccages n’aient jamais eu lieu.

La France ne fait rien au hasard si la presse française choisi d’interviewer Macky et Khalifa Sall, c’est parce que cette presse a déjà quelque chose en tête ou sait des choses. Alors les sénégalais ne devraient pas être surpris si Sonko est écarté de la présidentielle de 2024 au détriment de Khalifa Sall. Mais nous rappelons aux presses françaises, France 24 et RFI que notre président est élu par voix et gouverne par notre Constitution qui limite les mandats. Alors personne ne saurait choisir les personnes qui seront à la bataille de 2024 à notre place

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (2)
where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra