Ultimate magazine theme for WordPress.

Projet Pegasus : Des journalistes espionnés grâce à…

0

Des journalistes du monde entier ont été espionnés grâce au logiciel espion Pegasus mis au point par l’entreprise israélienne NSO Group, selon une enquête publiée dimanche 18 juillet par un consortium de dix-sept médias internationaux, dont font notamment partie Le Monde, la cellule investigation de Radio France, The Guardian et The Washington Post.

Le travail de ce consortium se fonde sur une liste obtenue par les organisations Forbidden Stories et Amnesty International et qui comprend, selon eux, 50 000 numéros de téléphone que les clients de NSO ont sélectionnés depuis 2016 en vue d’une surveillance potentielle. Cette liste inclut les numéros d’au moins 180 journalistes d’après l’analyse menée par le consortium qui a localisé de nombreux numéros au Maroc, en France et en Hongrie.

Ainsi, d’après cette vaste enquête, environ 10 000 cibles sur les 50 000 ont été ajoutées par le Maroc. Parmi elles, le journaliste marocain Omar Radi, pour qui Amnesty international avait déjà dénoncé l’infection du téléphone en 2020, le directeur du journal Akhbar Al-Yaoum, Taoufik Bouachrine, les fondateurs du Desk et du site Badil, Ali Amar et Hamid El Mahdaoui, et l’ancien correspondant de l’AFP, Omar Brouksy.

Le régime marocain aurait également utilisé Pegasus pour viser une trentaine de journalistes et de patron de médias français. Ainsi, les rédactions du quotidien Le Monde, du Canard enchaîné, du Figaro, de France 24 ou encore de l’Agence France-Presse et de France Télévisions figureraient sur la liste des cibles, révèle le consortium.

Edwy Plenel, le fondateur du site d’informations en ligne Mediapart, et l’une de ses consœurs Lenaïg Bredoux, Dominique Simonnot, ancienne enquêtrice du Canard enchaîné et désormais contrôleuse générale des lieux de privation de liberté ainsi qu’une journaliste du Monde, qui a souhaité rester anonyme, figurent parmi les journalistes français touchés.

Outre le Maroc, la Hongrie du nationaliste Viktor Orban aurait également fait appel à Pegasus pour surveiller les activités de journalistes. Ainsi, parmi les 300 numéros figurant sur la liste pour le compte de la Hongrie, on retrouve « au moins cinq journalistes » du site d’investigation Direkt36. Ces derniers ont notamment enquêté sur « sur l’enrichissement des proches de Viktor Orban ou sur les relations que celui-ci entretient avec la Russie et la Chine », explique le journal Le Monde.

D’autres reporters enquêtant sur des « sujets relatifs à la criminalité et au terrorisme » ainsi que leur entourage ont également fait l’objet d’une surveillance, de même que Zoltan Varga, propriétaire de Central Media Group, dernier groupe de médias indépendant du pays, et du plus grand site d’information indépendant hongrois, 24.hu, indique Le Monde.

Contacté par le consortium, le gouvernement hongrois a affirmé « ne pas être au courant d’une quelconque collecte de données » et avoir « toujours agi et continué d’agir conformément à la loi en vigueur », relate Le Monde qui rappelle par ailleurs que la loi hongroise permet au pouvoir exécutif d’autoriser « des écoutes pour quatre-vingt-dix jours sans aucun contrôle ; une pratique dénoncée par un arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme de 2016 ».

De son côté, NSO, régulièrement accusée de faire le jeu de régimes autoritaires, a toujours assuré que son logiciel servait uniquement à obtenir des renseignements contre des réseaux criminels ou terroristes. La société a démenti les allégations « mensongères » publiées dimanche par le consortium.

laissez un commentaire