Quand je serais Mountakha, je ferais MAZAALIKOUL JINAAN

MAZAALIKOUL JINAAN OU LE RUISSELLEMENT DE LA SAINTETÉ DE BAMBA.

L’œuvre de Khadim Rassoul est merveilleuse, comme un soleil brillant sur la surface de la terre, elle éclaire, vivifie, nourrit et nous permet de s’orienter et de se diriger vers le bon côté (Khassida, leçons de vertus, conseils…).

Convenons tous qu’on doit s’y engager à grands frais quelle que soit notre appartenance religieuse ou confrérique car toutes les merveilles divines s’y trouvent. Il l’avait bien écrit : quand je serais Mountakha, je ferais MAZAALIKOUL JINAAN pour perpétuer l’œuvre de ma noble et sainte mission.

Khadim Rassul nous a gratifié de ce joyau non pas qu’il est seulement beau, mais magnifique de par le caractère sacro saint : MAZAALIKOUL JINAAN au cœur de Dakar la capitale du Sénégal où se côtoient toutes les cultures.

Lors de l’inauguration on y a vu pêle-mêle ; des chrétiens offrant la cour d’une école, des Tidianes, des Khadres, des Layene et mêmes des fées. De la ferveur dans la joie, du feu de l’amour des croyants envers Khadim Rassoul, de la gigue des Baye Fall et un « Khadaratoul Jumma » en présence du prophète Mahomet (SAW): une communion au vrai sens du terme. Cet assemblage d’esprit et de corps si magnifique et si bien ordonné est regardé dans le monde entier comme s’il contenait en effet toutes les leçons de grandeur humaine pour une seule cause : la PAIX. Les religions sont révélées pour la PAIX et tout croyant doit en faire son sacerdoce, c’est à dire cultiver la PAIX et la cohésion sociale.

En voyant paraître cette PAIX au sein de MAZAALIKOUL JINAAN, entre le Président Abdoulaye Wade et le président Macky SALL, on est saisi d’un saint respect envers le Khalif Général des Mourides ; et pour peu que nous ayons foi en Dieu, nous devons tous faire de même. Le parterre de Talibés présents et témoins oculaires était au comble de la joie. Rien n’a été difficile, de la conception à l’inauguration ; la solidarité, la tolérance, le pardon et l’amour ont marqué tous les esprits contre les illusions perfides. La fierté s’est remplie dans les coeurs des héros qui ont contribué à la réalisation de l’œuvre pilotée par  Sérigne Mbackiyou FAYE ( Dieureudieuf ).

Le Khalif étant d’une autre nature que nous ce jour-là, laissait apparaître son sourire avec des dents blanches, symbole de la bonté et de la pure sainteté née de Bamba le serviteur du prophète. Que ses ennemis m’entendent ; ils ont tout tenté mais Khadim Rassoul était un homme de Dieu, il a triomphé partout. Et combien d’hommes de Dieu ayant fait des miracles regorge le Sénégal ? Beaucoup. Vénérons-les tous, aimons-les tous, respectons-les tous en évitant de leur concéder une histoire qui chercherait à les rabaisser l’un devant l’autre mais celle qui entretiendrait les bonnes relations vécues entre eux pour servir des exemples magnifiques aux générations futures.

L’Islam tout comme le Christianisme ne sont donc point ici au Sénégal comme ailleurs en Afrique (Nigéria, Mali, Guinée Conakry, Mauritanie, Gambie, Niger…) dirigés par un groupe de gens sans foi pour plaire aux athées de l’occident. Nous avons de vrais Saints. Ceux qui incarnent les religions révélées sont des gens qui se sont donnés à cœur par une FOI soutenue pour en arriver là aujourd’hui. Tout se tient aux mots et écrits véridiques et purs qu’ils ont laissé. Seules notre bonne foi et notre discipline suffiraient pour les honorer et les perpétuer.

Excommunions ce qui est précisément le contraire de l’usage des œuvres de nos Saints hommes et de nos Saintes femmes.

Voilà ce que j’ai pu recueillir au sein de moi-même de l’inauguration de MAZAALIKOUL JINAAN. Continuons de cultiver la PAIX pour un Sénégal prospère.

Que Dieu bénisse le Sénégal avec toutes ses richesses. AMINE.

Malick Wade GUEYE Espagne